Bananes : la Guadeloupe retrouve le sourire

L'ouragan Maria s'abattait il y a six mois sur la Guadeloupe, dévastant 100% de la filière banane, la principale culture d'exportation de l'île. Désormais, les producteurs reprennent espoir.

France 2

C'est l'un des principaux atouts économiques de la Guadeloupe. Des bananiers sur des centaines d'hectares, 70 000 tonnes exportées chaque année. Des chiffres encore exacts jusqu'au 18 septembre dernier, jour où l'ouragan Maria a frappé la Guadeloupe. Les bananiers de l'île n'ont pas résisté aux rafales de 260 km/heure. La totalité des plantations du département a alors été détruite. Depuis cette date, plus aucune banane n'a quitté l'île.

Des traces indélébiles

Six mois après, la situation s'est améliorée même si le passage de Maria a laissé des traces indélébiles. Sur certaines parcelles, les centaines de bananiers ne repousseront plus avant deux ou trois ans. Depuis quelques jours, l'abattement a cependant laissé place à l'espoir, là où les bananiers n'ont pas été arrachés, mais seulement cassés. Certains recommencent même à produire... et cela redonne le sourire aux producteurs. Ils devront tout de même patienter encore deux ans avant de retrouver un volume de production et des revenus normaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Régimes de bananes prêt à l\'embarquement pour les marchés étrangers, à Basse-Terre en Guadeloupe, en avril 2017.
Régimes de bananes prêt à l'embarquement pour les marchés étrangers, à Basse-Terre en Guadeloupe, en avril 2017. (GETTY IMAGES)