Vrai ou fake La certification Haute valeur environnementale protège-t-elle vraiment la biodiversité ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Certaines exploitations agricoles possèdent la certification HVE. Concrètement, à quoi ressemblent-elles ?
France Info
Article rédigé par
France Télévisions

Certaines exploitations agricoles possèdent la certification HVE. Concrètement, à quoi ressemblent-elles ?

Franceinfo s’est rendu au sein d’une exploitation viticole, qui a obtenu la certification Haute valeur environnementale en 2017. Laurent Derot assure être dans une démarche respectueuse de l’environnement. Il utilise ainsi une technique à la main pour enlever les mauvaises herbes, plutôt que des herbicides. "Ici par exemple, il y a zéro désherbant depuis à peu près 15 ans", raconte le producteur de champagne situé à Crouttes-sur-Marne (Aisne).


L’un des objectifs de la certification HVE est d’évaluer le respect de la biodiversité, comme la présence d’arbres et de haies à proximité des exploitations. Mais cette certification fait l’objet de critiques de la part de plusieurs associations. Elles parlent d’un manque d’ambition, notamment en ce qui concerne les pesticides.

Un système de points décrié 

Pour obtenir la certification HVE, les agriculteurs entrent dans un système de points. Ils peuvent en gagner en réduisant l’utilisation de produits phytosanitaires, mais ils peuvent les obtenir autrement, en laissant par exemple des herbes au sol, ou en ayant plusieurs variétés d’arbres fruitiers. S’ils sont vertueux sur l’une des deux dernières catégories, ils peuvent ainsi se permettre de faire moins d’efforts sur les pesticides.


Surtout, cette certification n’interdit pas l’usage de pesticides dits "CMR", notamment dangereux pour la reproduction des espèces. "Ça parait complètement incompatible, d’avoir une certification haute valeur environnementale et dans le même temps, d’avoir des pratiques complètement néfastes", regrette Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération Paysanne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.