Agriculture : à la découverte des circuits courts

Les circuits courts ne représentent qu'une petite minorité de la production agricole. Mais ils se développent très vite. Reportage.

FRANCE 3

Dans cette ferme parisienne, toute l'année, des fruits et légumes de saison. Potirons et pommes en hiver, concombres et fraises en été, pas de bio, mais une agriculture raisonnée. La garantie de bien manger est une préoccupation grandissante des Français, quitte à payer le prix. "C'est peut-être un peu plus cher qu'au supermarché, mais je sais que c'est des produits frais, que je viens de cueillir donc murent, et de bonne qualité", explique Claire Thouvenot.

Le phénomène reste minoritaire

Dominique Lauvreau est un précurseur. 50 ans déjà que cet exploitant agricole a fait le choix de la vente directe et du circuit court. Il a aussi un magasin, 367 fournisseurs y sont référencés. Pas d'intermédiaires entre eux. Résultats, pour ces cerises vendues 5,95 euros en rayon, c'est le producteur qui fixe le prix plancher. Même si le phénomène des circuits courts se développe, ils restent minoritaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
A 4,10 euros le kilo en moyenne, le prix des fruits a augmenté de 18% en 2016. Celui des légumes a progressé, pour sa part, de 10%.
A 4,10 euros le kilo en moyenne, le prix des fruits a augmenté de 18% en 2016. Celui des légumes a progressé, pour sa part, de 10%. (MAXPPP)