430 loups en France l'hiver dernier : "L'expansion du loup va continuer"

Le nombre de loups en France va continuer d'augmenter, selon le spécialiste Jean-Marc-Landry. Il faut aussi s'attendre à une dispersion des populations, en France et en Europe, explique le biologiste mardi sur franceinfo.

Le nombre de loups en France va continuer d\'augmenter, selon le spécialiste Jean-Marc-Landry.
Le nombre de loups en France va continuer d'augmenter, selon le spécialiste Jean-Marc-Landry. (ERIC OTTINO / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"L'expansion du loup va continuer, ça c'est clair", prévient le biologiste Jean-Marc-Landry mardi 26 juin sur franceinfo, alors que l'Office national de la chasse et de la faune sauvage a calculé qu'il y avait 430 loups sur le territoire français l'hiver dernier (2017-2018), soit une augmentation de 20% par rapport à l'hiver 2016/2017.

"L'expansion du loup va continuer. A quel rythme, ça va dépendre du nombre de loups qui seront tués, braconnés, accidentés, mais c'est clair qu'une population de loups sur un territoire comme la France va continuer sa colonisation", prévoit le directeur de la fondation Jean-Marc Landry, qui œuvre en faveur du développement durable et de la biodiversité.

Une dispersion en France et en Europe

Le loup, actuellement présent dans les Alpes principalement, mais aussi dans le Jura, les Vosges et les Pyrénées, va augmenter en nombre dans le Massif central et dans le grand est de la France. "Il faut aussi s'attendre ces prochaines années à ce qu'on ait des loups issus des pays de l'Est qui arrivent chez nous", le loup de Balkans étant déjà arrivé en Italie. "Il faut s'attendre ces 20 prochaines années à une dispersion sur toute l'Europe et pas seulement sur la France."

Un décompte difficile

Le biologiste ajoute par ailleurs qu'il préfère compter en "meutes" ou en "familles" : "Donner le nombre exact de loups n'est pas la bonne solution. Ce sont surtout les autorités qui veulent ça, pour savoir combien de loups on peut tirer. Nous, ce qui nous intéresse, c'est de savoir combien de meutes il y a, combien de zones en présence permanente il y a, c'est cela qui est important et de voir l'évolution", mais il reconnaît que "c'est toujours difficile de dire si on a le nombre exact de loups".

Malgré cette augmentation et les alertes et contestations des agriculteurs, le "seuil de viabilité" des loups, fixé à 500 individus, n'est pas atteint, rappelle l'Office.