Ecopla : la cour d'appel de Grenoble rejette l'offre de reprise des ex-salariés

Les ex-salariés du fabricant de barquettes d'aluminium Ecopla ont vu jeudi 20 octobre, leur recours en appel jugé irrecevable par la justice. Un espoir qui s'envole pour les salariés qui comptaient sauver leur entreprise en la reprenant sous forme de coopérative.

FRANCE 2

Les ex-salariés d'Ecopla ont traversé la France pour faire pression sur le gouvernement. Ils veulent rencontrer le ministre de l'économie Michel Sapin, actuellement en visite près de Strasbourg (Bas-Rhin). Un espoir après la déception de jeudi 20 octobre. La cour d'appel de Grenoble (Isère) a jugé irrecevable le dossier des candidats repreneurs. Pour les anciens salariés, le parquet et l'État sont responsables de la situation.

Les employés ne baissent pas les bras

Jeudi 20 octobre, la cour d'appel de Grenoble (Isère) a jugé irrecevable le dossier des candidats repreneurs. Pour les anciens salariés, le parquet et l'État sont responsables de la situation. Un coup dur pour ces 77 anciens employés, après huit mois de combat pour sauver leur entreprise et leur emploi. En mars 2016, le dernier fabricant de barquettes en aluminium a été liquidé et une partie des salariés veulent depuis reprendre l'entreprise sous forme de coopérative. En juin, le tribunal de commerce de Grenoble a préféré l'offre d'un repreneur italien. Après ce revers, les ex-Ecopla ne comptent pas baisser les bras. Leur offre va être de nouveau examinée devant la justice le 3 novembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une banderole sur la façade de l\'usine Ecopla, à Saint-Vincent-de-Mercuze (Isère), le 5 octobre 2016.
Une banderole sur la façade de l'usine Ecopla, à Saint-Vincent-de-Mercuze (Isère), le 5 octobre 2016. (JEAN PIERRE CLATOT / AFP)