VIDEO. Inverser la courbe du chômage : "Un langage technocratique un peu choquant", tacle Cambadélis

Le patron du PS a vivement critiqué la formule employée à maintes reprises par l'exécutif, mais assuré que l'objectif pouvait être atteint.

Jean-Christophe Cambadélis n'a pas mâché ses mots. Invité du Bondy Blog Café sur France Ô, dimanche 14 juin, le premier secrétaire du Parti socialiste a vivement critiqué la fameuse formule de François Hollande sur "l'inversion de la courbe du chômage", estimant qu'il s'agissait là d'"un langage technocratique un petit peu choquant".  Cette formule "ne veut rien dire", a-t-il insisté.

"Ce n'est pas comme ça qu'on parle"

"Ce n'est pas comme ça qu'on parle. Les chômeurs, ce n'est pas une courbe, ce sont des hommes et des femmes." Le patron du PS a même assuré l'avoir dit au chef de l'Etat. Pour autant, le responsable socialiste l'assure : l'objectif de fond reste atteignable. "Jy crois toujours. Je pense qu'on peut y arriver." 

Selon l'Insee, le taux de chômage a légèrement baissé au premier trimestre, à 10,0% de la population active métropolitaine (-0,1 point), après avoir atteint fin 2014 son plus haut niveau depuis fin 1997 (10,1%). Pour sa part, François Hollande a assuré à plusieurs reprises qu'il n'aurait pas la légitimité pour briguer un second mandat en 2017 si le chômage ne baissait pas d'ici à cette échéance.

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le 7 juin 2015 à Poitiers, lors du congrès de son parti.
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le 7 juin 2015 à Poitiers, lors du congrès de son parti. (JEAN PIERRE MULLER / AFP)