Plan banlieue : des annonces, aucun engagement

Emmanuel Macron était très attendu ce mardi 22 mai sur le Plan banlieue qui devait s'inspirer du plan Borloo. Le chef de l'État a donc présenté une série de mesures pour les quartiers défavorisés, mais sans aucun engagement en matière de budget et de moyens déployés. 

Voir la vidéo
france 3

Jean-Louis Borloo espérait un grand Plan banlieue estimé à 48 milliards d'euros ; il l'a même vanté dans tous les médias. Une mise en lumière que l'exécutif n'a pas appréciée. Ce mardi 22 mai au matin, le chef de l'État n'y va pas par quatre chemins, il veut changer de méthode. "Je ne vais pas faire un discours. Je ne vais pas non plus vous annoncer un Plan ville, un Plan banlieue ou quoique ce soit, parce que cette stratégie est aussi âgée que moi", a déclaré Emmanuel Macron.

Des annonces non chiffrées

Pas de grand Plan banlieue donc mais quelques pistes : en matière de sécurité, 1 300 policiers seront déployés dans 60 quartiers populaires. Pour favoriser l'insertion, 30 000 stages de troisième seront proposés par l'État et les entreprises privées. Enfin, pour lutter contre la discrimination, des tests anonymes à l'embauche seront mis en place dans les 120 plus grandes entreprises. Mais toutes ces annonces ne sont pas chiffrées, au grand regret des élus locaux. Quant à Jean-Louis Borloo, il feint d'être satisfait devant les caméras. Désormais, les élus des quartiers attendent des mesures plus concrètes, qu'Emmanuel Macron a promis de dévoiler en juillet prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République Emmanuel Macron, le 22 mai 2018 à Paris.
Le président de la République Emmanuel Macron, le 22 mai 2018 à Paris. (LUDOVIC MARIN / POOL)