"On ne retrouvera pas le niveau de chômage d'avant la crise avant plusieurs trimestres", affirme la ministre du Travail, Elisabeth Borne

Au deuxième trimestre 2020, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A augmente de 23,2% en France (hors Mayotte).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre du Travail, Elisabeth Borne, le 17 juillet 2020, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le chômage va rester à un niveau très élevé pendant de longs mois. "On ne retrouvera pas le niveau de chômage d'avant la crise avant plusieurs trimestres", a prévenu la nouvelle ministre du Travail, dans un entretien aux Echos, publié mardi 28 juillet. Elisabeth Borne veut tout de même voir des signes positifs dans les derniers chiffres du chômage, avec "une baisse du nombre de chômeurs de catégorie A en juin pour le deuxième mois consécutif. Il s'agit de personnes qui ont commencé à retravailler au moins un peu".

Malgré cette légère baisse du nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A en juin, le niveau de chômage reste très élevé, avec une hausse de 23,2% en France (hors Mayotte) sur les mois d'avril, mai et juin, au plus fort de la crise du coronavirus, selon les chiffres du ministère. Au total, 4 407 300 personnes sont inscrites en catégorie A. Pour les catégories A, B, C ce nombre s'établit à 6 115 600, selon les chiffres de Pôle emploi publiés lundi 27 juillet.

Afin de faire face à cette hausse du chômage, Elisabeth Borne compte recruter "plusieurs milliers de postes" à Pôle emploi. Ils devront faire face à des licenciements de plus en plus nombreux : "On constate une remontée des procédures collectives avec 107 plans de sauvegarde de l'emploi (PSE), touchant 20 000 salariés, en juin contre 40 l'an dernier", explique la ministre du Travail, avant de prévenir : "Il n'est pas question que le plan de relance se fasse avec des travailleurs détachés !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.