Cet article date de plus de trois ans.

Chômage : 14% des demandeurs d'emploi contrôlés ont été radiés, selon "Les Echos"

D'après le quotidien économique, 270 000 demandeurs d'emploi ont été contrôlés par Pôle emploi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
86% des personnes contrôlées ont démontré qu'elles remplissaient bien leurs obligations, précise le quotidien économique. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

C'est un premier bilan sur le dispositif de contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs, généralisé il y a près de deux ans par Pôle emploi. D'après Les Echos, mercredi 8 novembre, 14% des 270 000 personnes contrôlées auraient été radiés des listes de Pôle emploi. 

86% des personnes contrôlées ont démontré qu'elles remplissaient bien leurs obligations, précise le quotidien. Sur les 14% de personnes radiées, seules 40% étaient indemnisées par l'Unédic, les autres relevaient du régime de solidarité (23%) ou ne touchaient plus rien (36%).

Un dispositif mis en place à la fin 2015

Dans le détail, sur 100 personnes contrôlées, 11 ont retrouvé un emploi pendant le contrôle ou n'étaient plus soumises à obligation de recherche (parce qu'elle était en formation par exemple). Cinquante-cinq ont démontré qu'elles étaient bien dans les règles après une simple vérification administrative. Sur les 34 restantes, avec qui un conseiller a pris contact pour échanger, 20 ont pu conserver leurs droits, notamment grâce à un accompagnement renforcé. Restaient donc 14 personnes radiées dont les droits ont donc été suspendus

Le conseil d'administration de Pôle emploi avait approuvé en mai 2015 la généralisation de ses équipes de contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs. Le dispositif, généralisé plusieurs mois plus tard à tout le territoire, était présenté comme devant permettre de "redynamiser" les demandeurs d'emploi et d'identifier ceux qui ont "besoin d'un accompagnement plus soutenu".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chômage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.