VIDEO. Dans une université japonaise, les professeurs fumeurs ne pourront plus enseigner

À l'université de Nagasaki, enseignement et tabagisme sont incompatibles.

BRUT

Fumer ou enseigner ? Il faut choisir. L'université de Nagasaki a annoncé ne plus embaucher de professeurs fumeurs dès août 2019, sauf s'ils s'engagent à arrêter la cigarette. En effet, pour Yusuke Takakura, le porte-parole de l'université, le tabagisme "n'est pas compatible" avec l'enseignement. Quant aux professeurs qui auraient du mal à se défaire de leur addiction, une clinique devrait être ouverte sur le campus.  

Une lutte nationale 

Cette réforme radicale entre dans une politique plus globale engagée par le pays contre le tabac, notamment avant les Jeux olympiques de 2020. "Afin de réduire et de prévenir le tabagisme chez les jeunes, nous avons estimé qu'il était important de mettre en œuvre certaines mesures", explique Hitomichi Tanaka de l'Institut japonais du tabac.

L'Organisation Mondiale de la Santé a attribué au Japon la note la plus basse en ce qui concerne la lutte contre le tabagisme passif. Chaque année, ce sont 140 000 Japonais qui meurent de maladies liées au tabac. 

À l\'université de Nagasaki, enseignement et tabagisme sont incompatibles.
À l'université de Nagasaki, enseignement et tabagisme sont incompatibles. (BRUT)