Cet article date de plus d'un an.

Un plan gouvernemental pour réduire les accidents du travail mortels

Ce plan cible d'abord les salariés les plus vulnérables, les jeunes et nouveaux embauchés, les travailleurs intérimaires, les indépendants ou les travailleurs détachés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un ouvrier travaillant sur un chantier à Bordeaux (Gironde), le 14 septembre 2021.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Un plan axé sur la sensibilisation et la formation. Le gouvernement a présenté, lundi 14 mars, des mesures pour réduire le nombre d'accidents du travail graves et mortels, qui stagne depuis 2010 et touche surtout les travailleurs jeunes et intérimaires.

Quelque 540 000 personnes ont été victimes d'accidents du travail en 2020, dont 550 mortels hors accidents de la route, a relevé le ministère du Travail dans un communiqué. "Le coût humain, social et économique des accidents du travail nous impose de ne pas céder à la fatalité", a plaidé le secrétaire d'Etat chargé de la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, qui a présenté cette feuille de route devant le comité national de prévention et de santé au Travail (CNPST), dans le cadre du "4ème plan santé au travail 2021-2025".

Ce plan cible d'abord les salariés les plus vulnérables, les jeunes et nouveaux embauchés, les travailleurs intérimaires, les indépendants ou les travailleurs détachés. Il met l'accent sur la formation à la sécurité, notamment lors de leur formation initiale pour les jeunes ou lors de la prise de poste. Les messages de prévention, notamment pour les travailleurs détachés maîtrisant moins le français, seront renforcés. Selon l'Assurance-maladie, près de 15% des accidents graves et mortels surviennent au cours des trois premiers mois suivant l'embauche, et un quart des accidents du travail concerne des salariés ayant moins d'un an d'ancienneté dans l'entreprise.

Les TPE-PME ciblées

Une autre cible prioritaire sont les TPE-PME, des entreprises ayant souvent moins de ressources à consacrer à la prévention. Selon l'inspection du travail, les accidents graves et mortels dans les TPE-PME représentent 26% des accidents totaux, alors qu'elles emploient seulement 18% des salariés.

Certains risques professionnels feront l'objet de mesures ciblées du fait de leur impact élevé, tel le risque routier, le risque associé à l'utilisation des machines et les chutes de hauteur. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé au travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.