"Sur une même journée, on pouvait avoir cinq réunions" : des salariés en télétravail apprennent à déconnecter

Le recours au télétravail s'assouplit à partir du 9 juin, mais les salariés continueront à respecter un nombre de jours minimum de travail à distance. Des salariés souvent hyper-connectés, stressés. Face à cette situation, des ateliers sont organisés pour les aider à décrocher.

Article rédigé par
Morgane Guiomard - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un homme en télétravail sur la table du salon participe à une vidéoconférence, le 6 mai 2021. (VANESSA MEYER / MAXPPP)

"Je peux être en vacances ou autre mais j'ai toujours une sursollicitation." Céline, responsable juridique, parle de son expérience, de l'autre côté de son écran. Comme les huit autres participants, connectés en visioconférence, elle est là pour apprendre à... déconnecter. "C'est toujours urgent, donc du coup il n'y a pas vraiment de temps mort et comme tout se fait à distance, globalement j'enchaîne au quotidien."

>> Télétravail : quelles sont les nouvelles règles envisagées à partir du 9 juin ?

C'était l'une des mesures pour lutter contre l'épidémie de coronavirus : le recours massif au télétravail, recommandé par le gouvernement. Difficultés à se déconnecter, des relations humaines qui manquent, un besoin de changer de cadre... Céline n'est pas la seule à trouver le télétravail difficile. "On a multiplié les réunions, multiplié les appels, raconte Serge, délégué syndical dans une banque. Sur une même journée, on pouvait avoir cinq réunions, voire des réunions qui duraient à rallonge."

"On travaille sur Teams, et parfois, j'étais obligé de basculer la réunion sur mon téléphone pour pouvoir simplement aller mettre mon plat à réchauffer dans le four pour pouvoir manger."

Serge, délégué syndical dans une banque

à franceinfo

Enchaîner les réunions, ce n'est pas bon pour la santé assure celui qui anime l'atelier, Thierry Lefur. "Ce qui est important dans une journée de télétravail, c'est de faire des micro-pauses, explique-t-il. C'est prendre une minute pour se lever, ouvrir la fenêtre, aller se laver les mains, voire faire l'exercice du pouce : vous vous levez, vous mettez votre pouce sous votre menton et vous relevez votre tête d'un pouce."

Prendre cinq minutes de pause entre les réunions

Pour le formateur, cinq minutes de vraie pause entre deux réunions sont un minimum. Sans ces pauses, les risques de la surconnexion sont multiples. L'expert en comportement numérique alerte sur les conséquences du télétravail, d'avoir pour seules fenêtres celles sur l'écran d'ordinateur, et des réunions à distance en guise de relations sociales. Mais aussi le manque d'activité physique. "Le fait d'être bien assis à son fauteuil, si on ne bouge plus, contrairement à ce que l'on faisait dans l'entreprise, ne serait-ce que pour aller au travail, on est obligés de marcher, la sédentarité peut être énorme", estime Thierry Lefur.

"On découvre que beaucoup de salariés font leur première séance de télétravail de leur lit, et là on arrive dans un monde où ne plus bouger du tout devient catastrophique."

Thierry Lefur, organisateur de l'atelier

à franceinfo

Neuf télétravailleurs sur dix souhaitent continuer à travailler à distance, selon un récent sondage d'OpinionWay. 78% veulent travailler à distance entre un et trois jours par semaine. 54% veulent encore plus, entre deux et trois jours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé au travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.