"Suicidez-vous" lancé aux policiers : les auteurs doivent être "identifiés, interpellés et condamnés" selon l'Unsa police

Ces propos sont punissables de "trois ans de prison et 45 000 euros d'amende", rappelle le secrétaire national CRS du syndicat Unsa police.

Des CRS mobilisés lors d\'une manifestation de \"gilets jaunes\", le 6 avril 2019 à Paris.
Des CRS mobilisés lors d'une manifestation de "gilets jaunes", le 6 avril 2019 à Paris. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

"Suicidez-vous" ont lancé samedi 19 avril, à Paris, des manifestants en marge du mouvement des "gilets jaunes". Des mots qui scandalisent le secrétaire national CRS du syndicat Unsa police, David Michaux. Il a réclamé dimanche sur franceinfo que les auteurs des slogans soient "identifiés, interpellés et condamnés".

"C'est une catastrophe pour nous d'entendre ça", alors que "28 collègues se sont donné la mort depuis le début de l'année", a-t-il rappelé. "On a un taux de suicides très important et les propos qu'on a pu entendre hier sont inadmissibles", a dénoncé David Michaux.

Je rappelle que c'est punissable d'une peine de 3 ans de prison et de 45 000 euros d'amende. Il faut une réponse forte à ce qui s'est passé hier. On a été meurtris par les propos qui ont été tenus.David Michauxà franceinfo

David Michaux a également fait état d'une "fatigue générale" des CRS "sur le terrain". "Et on n'en voit pas la fin", a-t-il ajouté avant de demander aux autorités de "prendre des dispositions claires nettes et précises" pour "faire en sorte que ce genre de manifestations ne soient pas reconduites de semaine en semaine".