Santé : les dégâts du chômage

Selon une étude publiée par l'Institut national de la santé et de la recherche médical (Inserm), la perte d'un emploi a souvent des conséquences sur la santé.

Le chômage est-il mauvais pour la santé ? Depuis son licenciement, Stéphanie, conseillère en formation de 40 ans, alterne entre périodes de chômage et CDD. La perte de son emploi en 2015 reste une blessure profonde. Déconsidération, isolement, perte de poids, difficultés financières... Le chômage l’entraîne dans une spirale infernale. Comme Stéphanie, c'est au moment où elles en ont le plus besoin que les personnes renoncent à des soins médicaux.

Des consultations pour prévenir les risques ?

Les études publiées par l'Institut national de la santé et de la recherche médical (Inserm), jeudi 20 septembre, démontrent que la situation se dégrade après la perte d'un emploi. Plus grave, 10 000 à 14 000 décès seraient imputables au chômage en France chaque année. Selon le psychiatre Michel Debout, le licenciement est souvent vécu comme un traumatisme, au même titre qu'une agression violente. L'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) a fait sa priorité des demandeurs d'emploi avant qu'ils ne soient fragilisés par le chômage. L'association demande au gouvernement la mise en place de consultations médicales avec suivi au sein de Pôle emploi pour mieux prévenir les risques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chômage a des effets psychiques et physiques sur la santé.
Le chômage a des effets psychiques et physiques sur la santé. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)