Procès France Télécom : prison ferme pour trois ex-dirigeants

Il y a dix ans, France Télécom était devenue le symbole de la souffrance au travail avec une série de suicides de salariés. Pour la première fois, une entreprise du CAC 40 a été condamnée pour harcèlement moral.

FRANCE 2

Plusieurs hauts dirigeants ont été sanctionnés. À son arrivée, Didier Lombard est plutôt souriant et décontracté. Quelques minutes plus tard, l'ancien PDG et deux ex-dirigeants de France Télécom sont condamnés pour harcèlement moral, à un an de prison, dont quatre mois ferme. Pour Raphael Louvradoux, dont le père s'est immolé par le feu en 2011 sur le parking de la société, les condamnations semblent dérisoires. "Pour nous la gravité des faits de ce qui s'est passé à France Télécom, ça signifie aller en prison", explique-t-il.

Le jugement souligne un climat anxiogène

19 suicides , 12 tentatives et huit dépressions. Le jugement souligne la politique jusqu'au-boutiste de réduction des effectifs et le climat anxiogène. Des condamnations qui pourraient influencer les méthodes de management. Quant à la défense de Didier Lombard, elle dénonce un jugement basé sur l'émotion et non sur le droit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Didier Lombard, ancien PDG de France Télécom, au tribunal de Paris, le 23 mai 2019.
Didier Lombard, ancien PDG de France Télécom, au tribunal de Paris, le 23 mai 2019. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)