Paroles de Français : caissiers et caissières, travailleurs de l’ombre dans la lumière

Avec l’épidémie, les caissiers et caissières sont devenus des travailleurs enfin visibles et reconnus. Cette crise a-t-elle réellement changé le regard des clients ? France 2 a recueilli leurs témoignages.

FRANCE 2

Odile Gen-Rat et Sophie Sarci ont toujours été sur le pont, pendant et après le confinement. Aujourd’hui, les clients saluent des caissières. "On a eu beaucoup de soutien des clients, on a eu des chocolats, des remerciements, tout le temps", raconte Odile Gen-Rat. Les deux hôtesses de caisse qui ont vingt et trente ans d’ancienneté ont du rapidement s’adapter aux mesures sanitaires. Désinfecter fait désormais partie de leur quotidien.

Des travailleurs mobilisés malgré la progression de l’épidémie

Leurs salaires sont inférieurs à 1 400 euros nets. Une prime de 1 000 euros leur a été accordée au printemps dernier. "On a moins regardé à la fin du mois, c’était plus facile sur quelques temps", décrit Sophie Sarci. Le métier de l’ombre est désormais en pleine lumière. Dans la grande surface qui les emploie et accueille 200 000 clients par mois, 140 hôtes et hôtesses de caisses restent mobilisés malgré la progression de l’épidémie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une caissière d\'un supermarché Auchan, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 26 mai 2020.
Une caissière d'un supermarché Auchan, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 26 mai 2020. (JEAN-CHRISTOPHE MILHET / AFP)