#OnVousRépond Les sept questions que vous vous posez sur l'obligation du port du masque en entreprise

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Installé à son bureau, un salarié porte un masque, dans une entreprise de Valence (Drôme), le 18 août 2020.  (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS)

A compter du 1er septembre, le port du masque sera "systématisé" dans les entreprises françaises, a annoncé mardi la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

La rentrée se fera masquée pour tous les travailleurs. A compter du 1er septembre, le port "recommandé" du masque devient "obligatoire" dans les entreprises françaises, a annoncé mardi 18 août Elisabeth Borne, ministre du Travail, à la sortie d'une réunion de travail avec les partenaires sociaux. Le gouvernement est en train de revoir la copie du protocole sanitaire afin d'éviter un rebond épidémique.

Car selon les derniers chiffres de Santé publique France, 24% des foyers de contamination identifiés étaient situés en entreprises ces dernières semaines. "Les protocoles actuels de sécurité qui concernent les lieux de travail (...) ne prennent pas sérieusement en compte un facteur très important de propagation du Covid-19, à savoir la transmission via aérosol", déplorait le 14 août un collectif de professionnels de santé dans une tribune parue dans Libération. Cette révision du protocole sanitaire a suscité de nombreux questionnements. Franceinfo répond à sept questions que vous nous avez adressées. 

1Faut-il porter le masque en permanence, même si on est assis à sa place de travail et que la distance réglementaire avec son voisin de bureau est respectée ?

Oui, à moins que vous ne travailliez dans un bureau individuel. "Il est nécessaire de systématiser, comme l'a préconisé le Haut conseil de la santé publique (HCSP), le port du masque dans tous les espaces de travail qui sont clos et partagés", a expliqué la ministre du Travail à l'AFP. Sont concernés les "salles de réunions, couloirs, vestiaires, open spaces". Jusqu'alors, le masque était recommandé en entreprise quand le mètre de distance n'était techniquement pas possible. Le mètre de distance reste en vigueur et le masque devient obligatoire dans les espaces partagés, même si les salariés sont séparés par des plaques en Plexiglas, a précisé le secrétariat d'Etat chargé de la Santé au travail.

2Le port du masque sera-t-il obligatoire dans la fonction publique ?

Pour l'instant, non. Mais l'obligation qui concerne les entreprises privées et les associations devrait être étendue à la fonction publique : le nouveau protocole national pour assurer la santé et la protection des salariés en entreprise dans la période de crise sanitaire "sera décliné dans la fonction publique et son application va continuer d'être contrôlée par l'inspection du travail", précise La Tribune. Pour rappel, le port du masque était déjà obligatoire pour tous les personnels du secteur privé ou public travaillant dans des lieux fermés accueillant du public.

3Le port du masque sera-t-il obligatoire pour les personnes travaillant à l'extérieur ? 

Non, puisque comme précisé ci-dessus, l'obligation ne vaut que pour les espaces clos et partagés. Toutefois, des restrictions supplémentaires pourraient être imposées aux employés travaillant à l'extérieur. Pour rappel, certaines villes comme Toulouse ou Marseille imposent le port du masque à l'extérieur. Les employeurs travaillant dans les espaces publics ouverts de ces collectivités sont donc déjà concernés par l'obligation du port du masque.

4Mon employeur devra-t-il renouveler mon stock de masques usagés ?

Le masque est considéré comme un "équipement individuel de sécurité". Il devra donc être fourni par l'employeur et payé par ce dernier. "On est dans la responsabilité de l'employeur d'assurer la sécurité et la santé au travail", a déclaré Elisabeth Borne au micro de BFMTV. L'employeur peut choisir de fournir des masques chirurgicaux ou en tissu à ses employés. Dans les deux cas, il devra s'assurer de renouveler le stock de masques mis à la disposition de ses employés. Pour rappel, un masque doit être changé toutes les quatre heures. Et les masques réutilisables doivent être jetés après un certain nombre de lavages. Tout dépend de la qualité et de la marque des masques.

5Pourquoi imposer le port du masque seulement à partir du 1er septembre ?

Le gouvernement dit avoir revu sa copie à la suite de la publication du dernier avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), publié le 14 août. Une réunion s'est tenue à ce sujet mardi 18 août. Pourquoi ne pas avoir imposé dans la foulée de celle-ci l'obligation du port du masque ? Pour pouvoir "associer les partenaires sociaux dans un dialogue de fond", ce qui "nécessite un peu de temps", explique Laurent Pietraszewski, secrétaire d'Etat auprès de la ministre du Travail chargé de la Santé au travail, au micro de RMC. Les discussions se poursuivent en effet avec les syndicats patronaux et employeurs pour définir les modalités de ce nouveau protocole. 

6Si on boit le café avec des collègues ou qu'on déjeune avec eux, quel est l'intérêt de porter le masque le reste du temps ?

L'objectif de cette mesure est de réduire au maximum les risques de contamination par aérosol. Dans un espace fermé, l'air n'est pas renouvelé et "les gestes barrières, bien que toujours indispensables, sont insuffisants" pour se prémunir d'une contamination, expliquent les médecins dans la tribune publiée par Libération. Les particules virales restent longtemps dans l'air, de sorte que la contamination par voie aérienne est permise. En portant le masque, chaque individu limite donc sa projection de particules virales. Quand vous buvez le café ou mangez avec vos collègues, vous devez toujours respecter les règles de distanciation physique pour limiter les risques de contamination.

7Est-ce que le masque sera obligatoire sur les plateaux de télévision ou à la radio ?

La question n'est pas encore tranchée. Les plateaux de télévision ou de radio ne sont pas les seuls espaces où le port obligatoire du masque pose question. Interrogée à ce propos, la ministre du Travail a répondu que ces espaces seraient "sans doute" concernés par l'obligation, mais a précisé que des aménagements et des dérogations pourraient être mis en place : "On voit bien que si on est très éloignés dans la même pièce, on a une très bonne ventilation, sans doute ce risque est minimisé. En lien avec les partenaires sociaux, on va poursuivre les échanges et ressaisir le Haut Conseil de la santé publique pour voir dans quelles circonstances, le cas échéant, déroger à cette règle du port du masque systématique", a-t-elle précisé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.