Retraites : l'Unsa-ferroviaire, 2e syndicat de la SNCF, "confiant" avant la reprise des négociations

Alors que les négociations sur la réforme des retraites reprennent mardi 7 janvier, l'Unsa-ferroviaire, 2e syndicat de la SNCF, attend des mesures sur "les conditions de pénibilité" et "l'aménagement de fin de carrière".

Un train régional SNCF en gare de Lille-Flandres.
Un train régional SNCF en gare de Lille-Flandres. (ERIC TURPIN / FRANCE-BLEU NORD)

Le débat se poursuit. Didier Mathis, secrétaire général de l'Unsa-ferroviaire, 2e syndicat de la SNCF, s'est dit "confiant quant à la reprise des négociations" mardi avec le gouvernement sur la réforme des retraites, ce dimanche 5 janvier sur franceinfo, malgré le "gros point d'achoppement" que constitue l'âge pivot.

"Il est hors de question qu'on porte à 64 ans l'âge d'équilibre", a martelé Didier Mathis, qui attend également des mesures sur "les conditions de pénibilité" et "l'aménagement de fin de carrière". "Nous attendons que le gouvernement annonce des mesures qui soient conformes à nos revendications. Et à ce moment-là, ça permettrait d'arrêter la grève et que chaque Français puisse reprendre le travail dans de bonnes conditions", a expliqué le syndicaliste, tout en regrettant que les discussions n'aient pas eu lieu plus tôt. 

Des négociations tardives, selon le syndicat

"Nos revendications sont claires et connues par le gouvernement depuis plus de trois mois et on aurait aimé que ces discussions-là se fassent bien en amont, notamment pendant le mois de novembre, pour permettre une sortie par le haut de tout ce qui s'est passé et peut-être d'éviter une grève aussi longue", a-t-il souligné.

L'Unsa-ferroviaire avait appelé à une "trêve" pendant les fêtes "et les chiffres nous ont donné raison", a par ailleurs assuré Didier Mathis. "Le 17 décembre, il y avait 33% de cheminots grévistes, et aujourd'hui on est à 6%." Le secrétaire général de l'Unsa-ferroviaire prédit en revanche "une grosse manifestation le jeudi 9 janvier".