Réforme des retraites : les syndicats toujours mobilisés

Une lettre, un compromis, le retrait provisoire de l'âge pivot, des syndicats divisés. Le week-end du 11 et 12 janvier a été important, mais sonne-t--il la fin de la grève ?

Cela devait être un geste d'ouverture et pourquoi pas un début de sortie de crise pour le gouvernement. Pourtant, l'abandon de l'âge pivot ne convainc pas bon nombre de syndicats au 39e jour de grève contre la réforme des retraites. Pire, cette annonce fait planer le doute d'un éventuel refus de la CGT de siéger à la conférence de financement des retraites. "Qu'est-ce qu'on va aller faire dans une conférence où l'on ne peut pas discuter de tout ?", s'interroge Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, dimanche 12 janvier.

La CGT et FO mettent la pression

La CGT met la pression sur le gouvernement des suites à venir. FO embraye sur la poursuite du mouvement : "Nous allons maintenir la mobilisation parce que nous croyons que c'est juste et qu’encore une fois, nous parlons des retraites (...) pour les générations à venir", a annoncé son secrétaire général Yves Veyrier. À la CFDT-Cheminots, syndicat réformateur qui avait fait de l'âge pivot une ligne rouge, le retrait temporaire n'apaise pas vraiment les tensions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une réunion de travailleurs de la RATP, le 19 décembre 2019, gare de l\'Est, à Paris.
Une réunion de travailleurs de la RATP, le 19 décembre 2019, gare de l'Est, à Paris. (PHILIPPE LABROSSE / HANS LUCAS / AFP)