Cet article date de plus d'un an.

Omissions de Jean-Paul Delevoye : "La réforme des retraites méritait une personne à plein temps", estime un ancien député LREM

François-Michel Lambert suggère que le gouvernement devrait faire une pause pour "tout reprendre". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François-Michel Lambert à l'Assemblée nationale le 1er octobre 2019.  (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

"C'est irrespectueux", estime dimanche 15 décembre sur franceinfo le député François-Michel Lambert, ancien député LREM des Bouches-du-Rhône, désormais sous l'étiquette Union des démocrates et des écologistes (UDE). "La réforme des retraites méritait une personne à plein temps et non pas mobilisée sur d’autres sujets", poursuit-il. 

Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, fragilisé par des soupçons de conflits d'intérêts après des "oublis" dans sa déclaration d'intérêts, a rectifié samedi ce document en déclarant 13 mandats, dont 11 bénévoles, soit dix de plus que dans la version initiale, selon le journal Le Monde.

S’il avait une activité en parallèle de sa mission qu’il a commencée il y a 18 mois c’est qu’il ne s’est pas pleinement donné à cette réforme des retraites qui est présentée comme la grande réforme de ce quinquennat.

François-Michel Lambert

à franceinfo

Dans Le Monde, Jean-Paul Delevoye évoque une "erreur" qu'il estime avoir "réparée" et assure vouloir "continuer à défendre et soutenir ce projet" de réforme des retraites. Pour autant, le haut-commissaire doit-il démissionner ? "Ce n’est pas moi qui vais appeler à sa démission", affirme François-Michel Lambert. "J’appelle surtout le gouvernement à respecter les Français. Je pense que c’est irrespectueux quand vous avez des personnes qui ne sont pas entièrement mobilisées dans le cadre de leur mandat."

"Une faute politique majeure" 

A la lumière de cette affaire, le député UDE affirme "comprendre pourquoi la méthode n’était pas pleinement celle qui avait été vendue pendant la campagne électorale lorsque je soutenais Emmanuel Macron. Cela fait quelques semaines que notamment Laurent Berger [numéro 1 de la CFDT] dit que la méthode n’est pas bonne, et maintenant on découvre que, en plus, le haut-commissaire n’était pas pleinement mobilisé là-dessus", regrette-t-il, suggérant de "tout reprendre".

"Passer Noël dans cette situation serait une faute politique majeure de ce gouvernement et du président de la République, poursuit François-Michel Lambert. Une pause de plusieurs mois avec une nouvelle approche, une nouvelle méthode nous permettrait de répondre aux enjeux de cette réforme des retraites", conclut-il. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Retraite

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.