Agriculteurs : sans repreneur, une retraite impossible

Près d'1 agriculteur sur 2 devrait prendre sa retraite d'ici cinq ans. Qui reprendra ces exploitations ? Les jeunes se détournent de ce métier prenant et difficile.

France 2

Quand les enfants ne prennent pas la relève, les fermes ne trouvent pas toujours d'acquéreurs. À 63 ans, Patrice Rassat est retraité, mais ne quittera pas sa ferme de Haute-Loire sur laquelle il a travaillé avec son épouse depuis 30 ans. Après quatre ans de recherches, des stages avec de jeunes couples sur la ferme, rien n'a abouti. Il a donc abandonné l'idée de transmettre sa ferme. "C'est quand même l’investissement de notre vie, on part à la retraite avec des retraites assez dérisoires", se désole-t-il.

3 fermes sur 10 non reprises

Des fermes à vendre, il y en a de plus en plus partout en France et à tous les prix. Dans le Cantal, Ludéric Espalieu a dû emprunter 50 000 euros pour racheter la part de sa mère, retraitée depuis six mois. "Je préfèrerais avoir un associé parce qu'un associé partagerait les problèmes, les décisions." Sa mère assure donc encore les tâches administratives pour l'aider. 3 fermes sur 10 n'étaient pas reprises en 2017, un chiffre qui devrait augmenter dans les années à venir. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur vaporise du glyphosate sur ses champs, le 11 mai 2018 à Piace (Sarthe).
Un agriculteur vaporise du glyphosate sur ses champs, le 11 mai 2018 à Piace (Sarthe). (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)