Intérim : le secteur subit la grève de plein fouet

La grève a des conséquences sur l'activité économique, notamment dans le secteur de l'intérim.

france 3

Dès le matin, mercredi 11 décembre, les employés d'une agence d'intérim gèrent des dizaines d'appels. Les intérimaires qui ne peuvent pas venir à Paris annulent au fur et à mesure. Bernard Eding Bakilis a réussi à venir, mais il a déjà perdu une journée de travail depuis le début de la grève. "Je n'ai pas pu venir hier. J'ai attendu le bus plus de deux heures et il n'est pas venu. J'ai appelé le chef d'équipe pour annuler", confie l'intérimaire.

>> Grève du 11 décembre : suivez la situation en direct

L'intérim pour pallier l'absence d'employés

"C'est une double peine. D'une part, ils galèrent dans les transports, ils ne peuvent pas se rendre à la mission, donc ils ne sont pas payés. Ils ne peuvent pas poser une journée, ils n'ont pas de RTT", précise Charles Herbelot, directeur général de DPS Intérim. D'habitude, l'agence est pleine d'intérimaires. Mais ce mois-ci, l'activité est en baisse de 25%. Les clients de cette agence sont des déménageurs. En période de grève, ils font appel à l'intérim pour pallier l'absence de leurs employés, parfois en vain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo de l\'agence Adecco dans une agence parisienne, le 24 octobre 2008.
Le logo de l'agence Adecco dans une agence parisienne, le 24 octobre 2008. (JACQUES DEMARTHON / AFP)