VIDEO. Pour le médecin Gilles Lazimi, l’égalité femmes/hommes passe par l’éducation des jeunes garçons

Pour le médecin Gilles Lazimi, l’éducation des jeunes garçons est cruciale pour assurer l’égalité entre les femmes et les hommes. Il explique.

Voir la vidéo
BRUT

"Il faut faire en sorte de permettre aux garçons de pleurer"

"Si on veut l’égalité, il faut qu’on élève nos garçons et nos filles de la même façon", assure Gilles Lazimi. Pour lui, c’est essentiel de casser les stéréotypes du garçon ou de la fille. Il ajoute que cela n’a de surcroît pas de conséquences sur leurs différences. Un garçon a le droit de ne pas subir le poids de la performance, d’être triste et de pleurer. "Il faut faire en sorte de permettre aux garçons de pleurer, de donner leurs émotions, de ne pas être dans une norme qui est l’agressif, le viril, le masculin", exhorte-t-il.

Tout d’abord, il conseille de changer des petites choses du quotidien qui peuvent sembler anodines comme faire en sorte que les jeux dans les crèches soient les mêmes pour tout le monde. De même, il faudrait que les activités à l’école primaires soient les mêmes pour les deux sexes.

Cela est valable à la maison également. "Le partage des tâches à la maison, c’est filles et garçons", conseille Gilles Lazimi.

Enfin, il estime qu’il "faut absolument promouvoir l’égalité dans tous les postes de direction" dans la société.

Une égalité voulue par la majorité des hommes

Selon lui, la majorité des hommes veut cette égalité. "On demande à ces neufs dixièmes de tout faire pour que leurs enfants soient élevés dans l’égalité et qu’eux interviennent à tout instant, à tout moment, pour rappeler que cette égalité est nécessaire", lance Lazimi.

VIDEO. Pour le médecin Gilles Lazimi, l’égalité femmes/hommes passe par l’éducation des jeunes garçons
VIDEO. Pour le médecin Gilles Lazimi, l’égalité femmes/hommes passe par l’éducation des jeunes garçons (BRUT)