VIDEOS. Paris, Rennes, Nantes : violents affrontements entre les policiers et les manifestants contre la loi Travail

Cinquante-sept personnes ont été arrêtées à Marseille, dix-neuf à Nantes et au moins trois à Paris.

Des manifestants ont incendié des poubelles à Marseille, le 28 avril 2016, lors de la manifestation contre la loi Travail.
Des manifestants ont incendié des poubelles à Marseille, le 28 avril 2016, lors de la manifestation contre la loi Travail. (DENIS THAUST / AFP)

Manifestations contre la loi Travail, acte IV. Sur l'ensemble du territoire français, entre 170 000 personnes, d'après les autorités, et 500 000, selon la CGT, ont défilé, jeudi 28 avril pour dire leur opposition au projet de réforme du Code du travail, porté par la ministre Myriam El Khomri.

Les rassemblements ont dégénéré dans plusieurs villes de France. Au total, 124 personnes ont été interpellées, a indiqué Bernard Cazeneuve. Plusieurs membres des forces de l'ordre ont été blessés. Francetv info fait le tour, en images, de ces manifestations qui ont viré en affrontements.

A Paris, trois policiers blessés, dont un en "état d'urgence absolue"

Environ 16 000 manifestants ont défilé à Paris. A l'entrée du pont d'Austerlitz, sur la rive gauche de la Seine, plusieurs dizaines de personnes ont lancé des bouteilles, des pavés et des extincteurs contre les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogènes. 

Trois personnes ont été interpellées et trois membres des forces de l'ordre ont été blessés, a indiqué la préfecture de police à francetv info. L'un d'eux a été hospitalisé en "état d'urgence absolue" après avoir été "vraisemblablement touché par un projectile". Un autre souffre d'une plaie occipitale.

57 interpellations à Marseille

La plupart des 57 personnes arrêtées l'ont été à la gare Saint-Charles, où des voies ont été envahies. Des incidents ont aussi eu lieu près de la place Castellane, point de rassemblement final des différents cortèges marseillais, avec des jets de projectiles, comme le montre cette vidéo de La Provence.

La manifestation a réuni 4 800 manifestants, selon le préfet de police, mais ils étaient 75 000 d'après la CGT et 30 000 pour FO.

Huit blessés à Rennes

A Rennes, dix-huit personnes ont été interpellées, a indiqué la préfecture d'Ille-et-Vilaine à francetv info. Huit personnes ont été blessées, dont six policiers, un jeune homme – hospitalisé pour une blessure à l'œil – et un motard qui s'est interposé entre les policiers et les manifestants.

Les forces de l'ordre ont dressé des barrières devant le centre-ville. Une bombe incendiaire a explosé devant la police, comme le montre cette vidéo, prise à l'angle de la rue Jean-Jaurès et de la place de la République. "La détonation nous a surpris", explique à francetv info la personne qui l'a mise en ligne. 

D'après la préfecture, 5 000 personnes ont défilé dans les rues. Elles étaient 10 000, selon les organisateurs

Une voiture et un scooter incendiés à Nantes

Dix minutes à peine après le départ à 11h15 du cortège, qui réunissait 8 500 personnes selon la police et plus de 20 000 d'après l'intersyndicale, les forces de l'ordre ont été caillassées. Sur le parcours, des abribus et des caméras de vidéosurveillance ont été brisés.

Un scooter et une voiture de sport ont aussi été incendiés.

La police a procédé à 19 arrestations, indique Presse Océan.

Des heurts à Grenoble

Des heurts ont également éclaté à Grenoble (Isère), où 3 500 personnes manifestaient à midi, selon les chiffres de la police, 10 000 d'après les syndicats. Certains ont mis le feu à une structure en bois, comme le montre cette vidéo du Dauphiné Libéré.

Plusieurs personnes ont été interpellées, avant même le départ du cortège. "Il s'agit de personnes qui poussaient des chariots pleins de capsules remplies de peinture, des masques à gaz, des barres de fer et des projectiles divers", affirme une source policière, citée par le Dauphiné Libéré.

Des jets de projectiles à Lyon 

A Lyon, quelque 150 jeunes qui progressaient vers le centre-ville dans la matinée ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, selon la préfecture. Les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Trois fonctionnaires ont été blessés et deux manifestants interpellés.