Loi Travail : une mobilisation en baisse, des violences en hausse

Mardi 5 avril, étudiants et lycéens se sont à nouveau réunis partout en France pour protester contre la loi Travail. La mobilisation marque le pas, mais l'ambiance était toujours électrique.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans les grandes villes de France, comme Rennes, Paris, Nantes ou Toulouse, des centaines de lycéens et d'étudiants se sont à nouveau rassemblés contre la loi Travail. Un seul mot d'ordre : le retrait total du projet de réforme. Mais la mobilisation est en recul. Rennes a par exemple compté six fois moins de manifestants que lors du rassemblement du jeudi 31 mars, selon la préfecture.

130 manifestants interpellés à Paris

Les premiers incidents sont survenus en début d'après-midi, quand plusieurs centaines de manifestants ont investi les rails de la gare de Rennes. Résultat : plus aucun train n'a pu circuler pendant deux heures. Les policiers ont dû disperser les manifestants avec du gaz lacrymogène. Des débordements ont aussi été constatés en région parisienne. La façade du lycée Léonard de Vinci, situé à Levallois, a été incendiée par quelques lycéens. En marge des manifestations, des pavés ont également fusé contre les forces de l'ordre. Au total, 130 manifestants ont été interpellés à Paris. Les organisations étudiantes seront reçues mercredi par le gouvernement.
Le manifestant Jean-Baptiste Redde lève une pancarte où sont inscrits les mots \"Loi Travail à la baille\", le 31 mars 2016 à Paris. 
Le manifestant Jean-Baptiste Redde lève une pancarte où sont inscrits les mots "Loi Travail à la baille", le 31 mars 2016 à Paris.  (ALAIN JOCARD / AFP)