Loi travail : pourquoi le gouvernement a-t-il peur des manifestations étudiantes ?

Une journée de mobilisation est prévue le mercredi 9 mars à l'appel des syndicats et des associations étudiantes. 

FRANCE 2

La jeunesse dans la rue contre la loi El Khomri, pour le gouvernement c'est le scénario du pire. Nathalie Saint-Criq vous explique pourquoi. "Si on remonte à mai 68, ces manifestations peuvent se propager à toute vitesse. Elles sont souvent incontrôlables. Il n'y a pas le service d'ordre de la CGT ou de FO et à la moindre bavure , à la moindre blessure, c'est toute l'opinion qui est susceptible de se retourner", commente la journaliste de France 2.

 

Une histoire qui se répète

En novembre 1986, la jeunesse défile contre la Loi Devaquet qui veut sélectionner à l'université. "C'est aussi la mort de Malik Oussekine, ce sera la hantise des politiques, le teste sera retiré. Février-mars 1994, le contrat d'insertion professionnelle, le CIP qui instaure le Smic jeune, des milliers de jeunes dans la rue, Edouard Balladur abandonne. Puis il y a dix ans, le Contrat première embauche, le CPE. Au bout de trois mois de tension, Jacques Chirac et Dominique de Villepin retireront leur projet", souligne aussi la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre, Manuel Valls, entouré des ministres du Travail et de l\'Economie, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron, le 22 février 2016 à Mulhouse (Haut-Rhin).
Le Premier ministre, Manuel Valls, entouré des ministres du Travail et de l'Economie, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron, le 22 février 2016 à Mulhouse (Haut-Rhin). (SEBASTIEN BOZON / AFP)