Reportage "On va se débrouiller avec ce qu'on a" : à cause de l'inflation, les parents réduisent au maximum les dépenses de rentrée scolaire

À partir de ce mardi, l'allocation de rentrée scolaire (ARS) est versée aux trois millions de familles bénéficiaires. Avec l'inflation, elle a été augmentée de 4% pour permettre aux parents d'acheter les fournitures nécessaires à leurs enfants.

Article rédigé par
Louis Mondot - édité par Phéline Leloir-Duault - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un rayon de fournitures scolaires pour la rentrée. Image d'illustration. (PHILIPPE NEU / MAXPPP)

Yasmine garde la calculette de son téléphone sous les yeux : "Là, il y a trois cahiers à trois euros et quelques, je vais voir combien ça me fait !" Pour préparer la rentrée de ses deux garçons, l'aîné au lycée et le cadet au collège, tout est soigneusement pensé pour économiser le plus possible. "Je vise les lots de feuilles, les lots de pochettes plastiques, les lots de chemises, énumère-t-elle. J'en ai depuis deux, trois ans, donc je les garde. Là j'ai fait le tri à la maison, je sais parfaitement ce que je vais acheter à ce moment-là !" 

Comme elle, dans cet hypermarché du Kremlin-Bicêtre, au sud de Paris, certains parents déambulent déjà dans les rayons avec une liste de fournitures scolaires en main. Mais l'inflation qui ne cesse de grimper n'épargne pas les fournitures scolaires. Alors, pour les familles bénéficiaires, l'allocation de rentrée scolaire est une aide précieuse pour bien démarrer cette nouvelle année scolaire.

"On est obligés de faire attention !"

Ramdane aussi fait ses calculs pour ses deux enfants à l'école primaire. Le caddie de fourniture coûte au total 180 euros, soit 25 euros supplémentaires par rapport à l'an dernier. "Le loyer, le gaz, maintenant l'électricité. On est obligés de faire attention !", constate ce papa d'une petite fille. Il refuse donc certains articles : "Si elle me demande d'acheter un jouet, je vais dire non. Mais pour l'école, je ne refuse pas." 

La rentrée, c'est aussi l'occasion de renouveler le cartable et les vêtements devenus trop petits. Mais Rania ne pourra pas tout acheter d'un coup pour sa fille qui rentre en CE2. "On va se débrouiller avec ce qu'on a", confie cette mère de famille.

"On regarde les prix, on ne choisit pas les marques. Peut-être qu'il y aura des promotions au mois de septembre ?"

Rania, mère de famille

à franceinfo

La rentrée scolaire ne représente qu'une partie des dépenses. Rania se fixe un budget de 600 euros sur l'année pour sa fille, mais elle sait bien que cette année, il sera plus difficile à tenir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Aides

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.