Des éleveurs de vaches font appel au financement participatif

Un jeune couple reconverti dans l'agriculture traditionnelle a fait appel au financement participatif pour développer son activité dans l'Hérault. Les explications de France 3.

Valentine et Mathieu ont 27 et 28 ans. Ingénieurs à Paris, ils ont quitté une situation confortable pour reprendre l'élevage bovin familial sur les hauteurs de Sumène (Gard). Une fois par mois, ils approvisionnent une boutique de la région de Ganges (Hérault), en viande de veau, mais n'arrivent pas à faire face à la demande. "On essaye de rétablir ça au plus vite pour satisfaire la demande du client", témoigne Mathieu. La viande qui plait tant est issue de vaches de race Aubrac qui évoluent dans le hameau de Cézas (Gard). Mais avec 15 têtes, le troupeau ne permet de produire qu'un veau tous les 25 jours.

Un engouement rapide

Pour augmenter leur production sans s'endetter, le jeune couple a lancé un appel aux dons sur internet auprès de "My Major Company", "pour pouvoir acheter six nouvelles mères". L'engouement a été au rendez-vous. Lancée le 27 février, la demande de financement participatif a été plus de deux fois satisfaite. "Aujourd'hui, on peut en acheter six et en plus améliorer leur confort", explique Mathieu Bouillant.
Grâce aux internautes, il y aura donc bientôt plus de vaches à Cézas. Des vaches 2.0.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vaches montbeliardes en paturages dans le Doubs. 
Des vaches montbeliardes en paturages dans le Doubs.  ( MAXPPP)