Cet article date de plus de neuf ans.

Toujours pas d'embellie pour la croissance française

D'après les prévisions de l'Insee, la France devrait connaître une croissance quasi-nulle pour le deuxième trimestre 2013 : +0,1%. L'Insee explique que tous les moteurs économiques sont à l'arrêt malgré un léger mieux sur le plan international. En attendant, le chômage devrait poursuivre sa hausse.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Pas mieux, ou presque. D'après l'Insee, après une croissance
nulle sur les trois premiers mois de l'année, celle du deuxième trimestre
devrait grimper de... 0,1%. La France serait-elle en train de rater le coche de
la reprise ?

En tout cas, "le climat repart un peu partout, en Asie, aux Etats-Unis
ou encore en Allemagne. Et on peu escompter que cela va s'amplifier dans les
mois à venir
", note Cédric Audenis. Pour le chef du département
conjoncture à l'Insee, "la reprise viendra de l'extérieur ".

"Les moteurs sont à l'arrêt "

Car, d'après la note de conjoncture de l'Institut, il ne
faut pas compter sur le marché intérieur français. "Les moteurs de la
croissance française sont à l'arrêt, tant la consommation des ménages avec un pouvoir
d'achat en berne, le BTP/logement qui est dans une phase basse du cycle et
l'investissement des entreprises avec des perspectives d'activité faible, un
taux d'utilisation des capacités faible et des perspectives d'activités
incertaines. Tout cela fait que nous n'avons pas de moteur qui vient de
l'intérieur
", précise Cédric Audenis.

Le chômage toujours à la hausse

Conséquence de cette morosité économique, le nombre de chômeurs devrait continuer d'augmenter dans les mois qui viennent. D'après les prévisions de l'Insee, le chômage devrait toucher 10,6% de la population active en milieu d'année et 11% avec les départements d'outre-mer. Si cette prévision se confirme, on se rapprocherait du record absolu de chômage : 10,8%, en 1994 et 1997.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Croissance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.