"Le désendettement est une urgence nationale", affirme Gabriel Attal, le ministre des Comptes publics

Parmi les pistes d'économies possibles, le ministre évoque le coût de certains contrats de formation facturés à l'Etat "au prix fort avec des marges très élevées".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal à Paris, le 23 juin 2023. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Le gouvernement change de ton sur la dette. "Le désendettement est une urgence nationale", a lancé le ministre délégué aux Comptes publics, Gabriel Attal, mardi 11 juillet, dans une interview au Figaro.

"Nous assumons de préférer un désendettement volontariste, mais progressif, à une austérité qui aurait des conséquences néfastes sur l'activité économique."

Gabriel Attal, ministre des Comptes publics

dans "Le Figaro"

Parmi les pistes d'économies possibles, le ministre évoque le coût de certains contrats de formation facturés à l'Etat "au prix fort avec des marges très élevées", dont le gouvernement entend reprendre "une partie". Il répète aussi vouloir stopper "la progression du nombre d'arrêts maladie".

Les services de Bercy aideront également les parlementaires de l'opposition à calculer le coût de leurs propositions pour le budget 2024 qui sera débattu à l'automne. "Si l'opposition a le droit de s'opposer, elle a surtout le devoir de proposer", déclare le ministre dans Le Figaro. "Pour la première fois, je donnerai donc à tous les parlementaires, même à ceux d'opposition, la possibilité de demander à mon administration de chiffrer certaines de leurs propositions afin qu'ils puissent imaginer des alternatives, des contre-budgets", explique Gabriel Attal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.