Mayotte : vers une sortie de crise

Un accord de principe a été trouvé entre la ministre des Outre-mer et les manifestants mahorais. L’intersyndicale doit proposer ce mercredi 14 mars la levée des barrages qui bloquent l'île depuis un mois.

Après cinq heures de négociation, un accord de principe a été trouvé à Mayotte mardi soir. Annick Girardin a pris des engagements pour renforcer la sécurité, la lutte contre la délinquance et la lutte contre l'immigration illégale. La ministre des Outre-mer a notamment promis de maintenir jusqu'à la fin de l'année scolaire soixante gendarmes supplémentaires.

La tension reste vive

L'intersyndicale rappelle que la sécurité doit se faire devant les établissements scolaires et aussi sur tout le territoire, car les violences et les agressions sont quotidiennes. Cet accord de principe doit encore être affiné, car l'intersyndicale veut en discuter avec les manifestants qui se mobilisent depuis le 20 février. La levée des barrages routiers qui paralysent Mayotte doit être soumise à l'approbation de la population ce mercredi matin.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre française de l\'Outre-mer, Annick Girardin, avec des manifestants après son arrivée le 12 mars 2018 sur l\'île de Petite-Terre dans l\'océan Indien, territoire français de Mayotte.
La ministre française de l'Outre-mer, Annick Girardin, avec des manifestants après son arrivée le 12 mars 2018 sur l'île de Petite-Terre dans l'océan Indien, territoire français de Mayotte. (ORNELLA LAMBERTI / AFP)