Mayotte : la ministre "n'a pas compris ce qui se passe"

En direct depuis Strasbourg (Bas-Rhin) ce lundi 12 mars, le député européen de la Gauche unitaire Younous Omarjee, d'origine réunionnaise, livre son analyse de la situation à Mayotte.

Voir la vidéo
France 3

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a annoncé ce lundi des renforts de gendarmerie pour assurer la sécurité des habitants. Je crois que c'est très insuffisant. Elle n'a pas compris ce qui se passe à Mayotte. Elle n'a pas compris ce qu'attendent les Mahorais, car elle est arrivée à Mayotte avec des solutions toutes faites à Paris sur la sécurité, alors que les Mahorais attendent qu'elle se mette autour d'une table pour négocier", explique Younous Omarjee, député européen de la Gauche unitaire, en direct de Strasbourg.

"Investir massivement dans les services publics"

Concernant l'immigration illégale venue des Comores, "la France a la responsabilité de contrôler et de surveiller ses frontières, car Mayotte se situe hors de l'espace Schengen". De plus, à Mayotte, "près de la moitié de la population est clandestine", ajoute-t-il. Younous Omarjee préconise de "refonder la relation avec l'Union des Comores" et critique la politique européenne qui "crée la désespérance". Il déplore également que "les moyens qui devaient accompagner la départementalisation" de la région de Mayotte n'aient "pas été au rendez-vous". Selon lui, la priorité est "d'investir massivement dans les services publics parce que c'est le désert dans les domaines de la santé et de l'éducation".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des Mahorais manifestent lors d\'une journée \"île morte\", vendredi 9 mars 2018, près de Koungou à Mayotte. 
Des Mahorais manifestent lors d'une journée "île morte", vendredi 9 mars 2018, près de Koungou à Mayotte.  (ORNELLA LAMBERTI / AFP)