Marchés financiers : les bourses dévissent

La bourse de Paris a ouvert en forte baisse ce mardi 6 février, conséquence de l'onde de choc de Wall Street qui a décroché de façon spectaculaire.

FRANCE 3

La bourse qui dévisse, cela réveille quelques traumatismes. Faut-il s'inquiéter de l'ouverture en forte baisse de la bourse de Paris, ce mardi 6 février ? "Oui, parce qu’hier, lundi, la bourse de New York a vécu une vraie journée de panique. Pendant quelques minutes, le célèbre indice Dow Jones a même perdu 10 %, c'est l'équivalent d'un krach, avant de finalement clôturer en baisse de -4,6 %. C'est la plus forte baisse depuis août 2011", explique le journaliste David Boéri sur le plateau du 12/13. "Toutes les places financières ont ensuite dévissé, à l'image de Tokyo : -4,73 %. Paris n'échappe pas à la règle avec plus de 3,5 % de baisse à l'ouverture. À midi le CAC40 était en repli de 1,7 %. Même chose pour la zone euro avec l'Euro Stoxx 50 qui reculait de 1,9 %", avance le journaliste.

"Il était temps de vendre"

Comment expliquer ces baisses brutales ? David Boéri estime elles s'opèrent "parce que tous les grands investisseurs parient sur un inversement de la tendance." "La bourse de New York a connu 15 mois de hausse continue, le fameux Dow Jones a gagné 32 % depuis l'élection de Donald Trump. Il était donc temps de vendre pour prendre ces bénéfices", précise-t-il, "mais surtout, l'économie américaine redémarre plus vite que prévu : le chômage est au plus bas, la croissance s'accélère et les salaires sont en hausse. Ce sont à priori des bonnes nouvelles, sauf que les financiers ont une crainte : un emballement de la machine avec, à la clé, une hausse très rapide des taux d'intérêts et un retour de l'inflation."

Le JT
Les autres sujets du JT
La bourse de Pékin (Chine), le 6 février 2018.
La bourse de Pékin (Chine), le 6 février 2018. (AFP)