Cet article date de plus de trois ans.

Voiture électrique : Renault a "un coup d'avance" mais "ce sera difficile" de "le garder", selon l'observatoire Cetelem de l'automobile

Pour renouer avec les profits, le constructeur français veut miser notamment sur la voiture "propre" et la réédition d'ancien modèles.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Lors de la présentation de la nouvelle stratégie du constructeur automobile français Renault, le 14 janvier 2021. (RENAULT / AFP)

Renault a présenté, jeudi 14 janvier, son plan stratégique baptisé "Renaulution" qui mise notamment sur la voiture "propre". L'objectif du constructeur automobile français est "très ambitieux", a estimé sur franceinfo Flavien Neuvy, économiste et directeur de l'observatoire Cetelem de l'automobile. Le groupe a "un coup d'avance" sur la voiture électrique mais "est-ce qu'il va réussir à le garder ? On verra au cours des prochaines années, mais ce sera difficile", selon lui. Fortement touché par la crise sanitaire, le constructeur souhaite renouer avec les profits. ll a présenté notamment un nouveau modèle de R5 tout électrique pour les nostalgiques de la célèbre voiture.

franceinfo : Le groupe a-t-il les moyens de ses ambitions ?

Flavien Neuvy : C'est un objectif qui est très ambitieux. Il faut rappeler que Renault avait pris un coup d'avance sérieux avec la voiture électrique au moment où il avait lancé Zoé, il y a maintenant plusieurs années. D'ailleurs, à l'époque, il n'y avait pas grand monde pour croire à ce pari du 100% électrique. Il n'y avait même personne en réalité. Aujourd'hui, la donne a un peu changé parce que tous les grands constructeurs mondiaux sont obligés de se mettre à l'électrique pour des raisons de contexte réglementaire.

La bataille va être très intense, la concurrence très forte avec de grands constructeurs qui investissent parfois des dizaines de milliards d'euros en recherche et développement pour la voiture électrique. Renault avait un coup d'avance. Est-ce qu'il va réussir à le garder ? On verra au cours des prochaines années mais ce sera difficile.

La voiture électrique est-elle la panacée ?

Le bilan de la voiture électrique dans son cycle de vie dépend de beaucoup de choses, notamment de la façon dont l'électricité est produite. En France et en Europe du Nord, on a une électricité fortement décarbonée, mais en Chine ou en Pologne, c'est une électricité fortement carbonée. Pour la lutte contre le réchauffement climatique, ce n'est pas la voiture idéale. Par ailleurs, il faut évidemment produire des batteries électriques qui viennent quasiment toutes d'Asie aujourd'hui, avec l'extraction des minerais, des métaux rares qui, évidemment, ne sont pas sans conséquence pour l'environnement.

Peut-on vraiment parler de révolution électrique ?

Le virage électrique est pris de force par les constructeurs puisque les normes environnementales qu'impose la Commission européenne obligent de toute façon les constructeurs à faire beaucoup de voitures électriques et à en vendre beaucoup, sinon, ils seront soumis à des amendes très élevées. Donc, c'est plutôt la réglementation qui fait ce virage.

La crise sanitaire fragilise l'ensemble du système de l'industrie automobile. C'est vrai pour les constructeurs qui ont vu leurs ventes s'effondrer, mais c'est vrai aussi pour les équipementiers et pour les concessionnaires automobiles. Donc, on demande de faire un virage technologique très important dans un laps de temps très court qui nécessite beaucoup d'argent, alors que financièrement, ils ressortent fragilisés de cette crise sanitaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.