"Gilets jaunes" : "Certaines de leurs revendications sont justes", assure Brune Poirson

Brune Poirson, secrétaire d'État au ministère de la Transition écologique, est l'invitée des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 30 novembre. Elle revient sur la mobilisation des "gilets jaunes" et estime que leur revendication concernant la transparence de l'utilisation de l'argent public est juste.

Voir la vidéo
France 2

Une délégation de "gilets jaunes" doit rencontrer le Premier ministre aujourd'hui vendredi 30 novembre. Pour autant, le gouvernement exclut d'accepter la première revendication des "gilets jaunes", qui est l'abandon des taxes sur le carburant. Que peut-il sortir de cette rencontre ? "Ce qui est important c'est de se mettre tous autour de la table et de discuter. Mardi 27 novembre au soir j'ai rencontré avec François de Rugy et Emmanuelle Wargon [ministre et secrétaire d'État de la Transition écologique, ndlr] une délégation de gilets jaunes composée de Éric Drouet et Priscillia Ludosky et on les a écoutés. Certaines de leurs revendications sont justes. Par exemple, ils nous ont demandé plus de transparence, en particulier sur la façon dont l'argent public est utilisé", indique Brune Poirson, secrétaire d'État au ministère de la Transition écologique, sur le plateau des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 30 novembre.

"Tous les secteurs doivent prendre leur part contre le changement climatique"

Et concernant la hausse des taxes sur les prix des carburants ? Certains des députés de la majorité réclament un moratoire sur ces impôts. "Avant tout, ce qu'il faut que l'on continue à faire, c'est de pouvoir établir un dialogue", botte en touche Brune Poirson. La secrétaire d'État s'inquiète de l'état de l'information, déplorant ainsi certaines fausses nouvelles qui circulent sur internet concernant la politique du gouvernement.

Pourquoi l'État ne taxe-t-il pas davantage le kérosène qu'utilisent les avions des compagnies aériennes ou le fioul lourd qu'utilisent les compagnies maritimes ? "Je pense que ce point est fondamental et que tous les secteurs doivent prendre leur part de l'effort de la lutte contre le changement climatique", précise Brune Poirson tout en ajoutant peu après que pour mettre des politiques en oeuvre, l'"une des grandes difficultés , c'est qu'il y a beaucoup de ces décisions qui sont internationales ou européennes, c'est comme ça, c'est le monde dans lequel on vit".

 Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, à l\'Elysée le 5 septembre 2018, à Paris.
 Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, à l'Elysée le 5 septembre 2018, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)