Diesel : scandale autour de tests sur des humains et des singes

Volkswagen, BMW et Daimler Mercedes sont accusés d'avoir financé des tests sur des singes puis sur des étudiants volontaires qui consistaient à leur faire inhaler du dioxyde d'azote afin de prouver que le diesel n'est pas dangereux.

France 2

Trois géants sont dans la tourmente. Volkswagen, BMW et Daimler Mercedes font l'objet d'un scandale, encore une fois sur fond de diesel. Premier acte de ce scandale retentissant : aux États-Unis, Volkswagen a fait réaliser des tests sur des singes pour étudier les effets du dioxyde d'azote. Enfermés dans une caisse, les animaux devaient inhaler des gaz d'échappement pendant des heures. L'organisme qui a mené ces expériences est financé par les trois constructeurs.

Des tests sur des étudiants volontaires

Mais l'étude s'est prolongée en Allemagne dans un hôpital universitaire : c'est le deuxième acte à peine croyable de ce scandale révélé ce lundi 29 janvier. En tout, 25 étudiants volontaires ont été exposés au dioxyde d'azote à des doses variées. Le but de ces tests aurait été de montrer que le diesel n'est pas dangereux pour la santé. La chancelière allemande Angela Merkel a condamné sans détour le comportement des constructeurs. Sur la sellette, les trois constructeurs ont pris clairement leurs distances vis-à-vis de ces tests et promettent que toute la lumière sera faite pour identifier les donneurs d'ordres. Ce scandale tombe alors que le dieselgate est encore dans tous les esprits.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un test de pollution est réalisé sur une voiture Volkswagen, le 7 août 2017, à Ludwigsburg (Allemagne).
Un test de pollution est réalisé sur une voiture Volkswagen, le 7 août 2017, à Ludwigsburg (Allemagne). (THOMAS KIENZLE / AFP)