Tavares, le numéro 2 de Renault qui voulait devenir numéro 1 (peu importe où)

Jugeant le PDG de Renault, Carlos Ghosn, indétrônable, son bras droit lorgne sur la présidence de Ford ou de General Motors.

Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations, le 18 décembre 2012, à Pont-l\'Abbé (Finistère).
Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations, le 18 décembre 2012, à Pont-l'Abbé (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)

Qu'importe le groupe, pourvu qu'il y ait le trône. Le directeur général délégué aux opérations de Renault, Carlos Tavares, a fait part, mercredi 14 août, de son intention de briguer la tête d'un autre groupe automobile. Dans une interview accordée à Bloomberg (lien en anglais), il estime que l'actuel PDG de Renault, Carlos Ghosn, est "un grand dirigeant, qui est là pour rester". A défaut de le déloger, il entend donc faire profiter un autre groupe de son "expérience""qui serait bonne pour n'importe quelle entreprise automobile". Et de glisser un subtil : "Pourquoi pas General Motors ?"

L'industriel portugais, féru de course automobile, estime que "toute personne qui se passionne pour l'industrie automobile convient qu'il arrive un moment où l'appétit et l'énergie pour un poste de numéro 1 se fait sentir". Agé de 55 ans, il affirme que "ce serait un grand honneur de diriger une entreprise comme General Motors", dont le dirigeant actuel, âgé de 64 ans, pourrait bientôt prendre sa retraite. Même scénario chez Ford, où le PDG, 68 ans, pourrait être sur le départ.

Carlos Tavares reconnaît qu'il n'est pas seul dans la course pour General Motors et affirme que "si ça ne marche pas, tant pis. Dans ce cas, je réfléchirai à d'autres entreprises". Il pense que ses meilleures chances se trouvent aux Etats-Unis, précise Bloomberg, et que sa démarche n'est pas déloyale vis-à-vis de Renault.