Le patron de Renault, Carlos Ghosn, est mis en examen au Japon pour dissimulation de revenus

Le dirigeant automobile est soupçonné d'avoir dissimulé 5 milliards de yens au fisc nippon entre juin 2011 et juin 2015. 

Le patron de Renault, Carlos Ghosn, e 8 novembre 2018.
Le patron de Renault, Carlos Ghosn, e 8 novembre 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La chute de Carlos Ghosn s'accélère. Le patron de Renault a été mis en examen, lundi 10 décembre, pour dissimulation de revenus. Par ailleurs, selon les médias japonais, sa garde à vue a été prolongée sur de nouvelles charges. Nissan, qu'il dirigeait, a également été mise en examen en tant qu'entité morale, le parquet jugeant que la responsabilité de l'entreprise était aussi engagée, car c'est elle qui a remis les rapports incriminés aux autorités boursières.

Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir dissimulé ses revenus de président du conseil d'administration de Nissan à hauteur de 5 milliards de yens (38 millions d'euros) entre juin 2011 et juin 2015. Le dirigeant automobile, qui nie ces accusations, a été révoqué des conseils d'administration de Mitsubishi Motors et de Nissan, qui l'accuse également d'abus de biens sociaux. Il reste cependant PDG du groupe Renault.

Tout a basculé le 19 novembre, à son arrivée au Japon : interpellé par des enquêteurs du parquet sur des soupçons de malversations, le patron âgé de 64 ans a aussitôt été envoyé dans une cellule d'un centre de détention du nord de la capitale. Quelques jours plus tard, il était limogé de la présidence des conseils d'administration de Nissan et Mitsubishi Motors, sans un mot ou presque pour celui qui les avait naguère sauvés de la débâcle.