Carlos Ghosn a démissionné de la présidence de Renault

Le ministre de l'Economie l'a déclaré, jeudi, lors d'une interview à Bloomberg en marge du Forum économique mondial de Davos.

Bruno Le Maire, ministre de l\'Economie (à gauche), et Carlos Ghosn à Maubeuge (Nord), le 8 novembre 2018.
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie (à gauche), et Carlos Ghosn à Maubeuge (Nord), le 8 novembre 2018. (ETIENNE LAURENT / AFP)

Il a pris les devants. Carlos Ghosn a démissionné de la présidence de Renault dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 janvier. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, l'a déclaré dans une interview à Bloomberg (en anglais) en marge du Forum économique mondial de Davos, et à l'AFP. "Désormais il est temps de mettre en place une nouvelle gouvernance parce que le plus important aujourd'hui, c'est de préparer le futur de Renault et de l'alliance" avec Nissan, a précisé le ministre sur Bloomberg.

Ces déclarations interviennent à quelques heures d'un conseil d'administration du groupe au losange pour définir la succession de son PDG, incarcéré depuis deux mois au Japon pour des malversations financières présumée.

Le tribunal de Tokyo a rejeté, mardi, une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn. Il s'est justifié en faisant valoir un risque de dissimulation ou de destruction de preuves et de fuite. Les procureurs ont argué auprès du juge qu'étant le plus souvent à l'étranger, l'ancien dirigeant pourrait être tenté de se soustraire à la justice japonaise.