Automobile : le marché du neuf chute de 30,7 % sur un an en France

Publié Mis à jour
Automobile : le marché du neuf chute de 30,7 % sur un an en France
France 2
Article rédigé par
V. Frédéric, K. Toufik, V. Piffeteau, P. Caron, L. Dulois - France 2
France Télévisions

La dégringolade des ventes de voitures neuves se poursuit, avec une chute de 30,7 % des immatriculations en octobre sur un an en France. Un problème lié à la pénurie de puces électroniques qui bloque la production, et qui profite notamment à l'électrique.

Le marché de l'automobile ne redémarre pas et les immatriculations sont en chute libre : elles ont baissé de 30,7% en octobre par rapport à l'an passé. Une crise globale liée à la pénurie de semi-conducteurs. Les usines, en manque de cette pièce, s'arrêtent ou tournent au ralenti. Résultat, cette année, 7 à 9 millions de véhicules dans le monde ne seront pas fabriqués cette année, soit une voiture sur dix environ. 

L'électrique, l'hybride et l'occasion explosent

Pour tous les constructeurs, les délais de livraison explosent. Jusqu'à 8 mois d'attente sont ainsi nécessaires pour une Peugeot 5008 ; un délai quadruplé. Face à la crise, les marques s'adaptent et misent sur la valeur ajoutée. "Les constructeurs vont placer les puces sur les véhicules à plus forte marge, les utilitaires, et surtout les électriques et hybrides", explique François Roudier, porte-parole de la plateforme automobile (PFA). De son côté, le marché de l'occasion accélère et les prix s'envolent avec l'augmentation du délai de livraison du neuf. "Les occasions récentes, c'est-à-dire les voitures qui ont moins de 1 000 kilomètres au compteur, peuvent parfois être plus chères que les voitures neuves", pointe Nicolas Bernard, rédacteur en chef d'Auto Plus. Le marché de l'électrique et de l'hybride tire également son épingle du jeu, ces types de véhicules représentant une voiture neuve vendue sur trois en France cette année.

Parmi Nos sources

AAA Data

PFA

Auto Plus 

Liste non exhaustive

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.