Agriculture : dans la Manche, Stéphanie Maubé élève des agneaux dans les prés salés

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Agriculture : dans la Manche, Stéphanie Maubé élève des agneaux dans les prés salés
Article rédigé par
N.Lambert, P.Lagaune, N.Murviedro, Image drone : Herve Colosio/ Thalassa - France 3
France Télévisions

Graphiste de formation, Stéphanie Maubé élève désormais des moutons dans les prairies salées, à Saint-Germain-sur-Ay (Manche). Elle est devenue maire de sa commune d'accueil. 

Sur le littoral du Cotentin, lorsque la mer se retire, les prairies deviennent d’immenses pâturages. Stéphanie Maubé est tombée amoureuse du paysage il y a 12 ans, et a choisi de se lancer dans l’élevage de moutons à Saint-Germain-sur-Ay (Manche). Son souhait ? Sauvegarder les races locales en péril et renouer avec le pâturage ancestral sur les prairies salées. "Remettre le mouton avranchin dans les prés salés, c’était une évidence pour moi, sauf que plus personne d’autre ne le faisait, explique cette dernière. Aucun autre éleveur ne trouvait pertinent de remettre cette race historique dans son milieu d’origine."

Respect de la saisonnalité et des races locales

Le mois de février est celui des naissances. Les agneaux apparaissent peu à peu dans la bergerie. Très appréciés pour leur viande, ils sont choyés jusqu'à leurs six mois. Deux jumelles échappent toutefois à l’abattoir : grâce aux caractéristiques de leur mère, elles seront gardées pour la reproduction. En hiver, Stéphanie Maubé nourrit ses animaux avec son propre foin, avant qu’ils ne puissent paître au printemps l’herbe des prés salés. Un régime qui fait de l’agneau des prés salés un produit d’exception. "Dès le début, je défendais un élevage qui était très lié à l’herbe, très naturel, très lié à la saisonnalité et aux races locales, raconte-t-elle. C’était dur de faire passer ça comme message, puisque quand on arrive dans un nouveau métier, on n'est pas forcément entendu." Stéphanie Maubé est désormais maire de sa commune. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.