Economie : le livre événement de Thomas Piketty

a revoir

Diffusé le 16/09/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La rue, c'est souvent la loi du plus fort et de l'argent facile. Ce prof de sport est marqué par les mots d'un élève.

Il a dit : "Mon cousin vole des voitures et gagne quatre fois votre salaire." Des dealers gagnent beaucoup d'argent. Les événements à Marseille, en général, ça finit mal.

Les enfants savent que le collège est un rempart contre la délinquance.

Une grande enquête maintenant sur notre patrimoine. C'est l'un des livres événements de la rentrée, il est signé de l'économiste Thomas Piketty. Il a passé au crible l'évolution du capital des fortunes pendant les 3 derniers siècles. Sa conclusion : à de rares périodes près, notre système économique favorise la rente plus.

Un bien immobilier, de l'or ou de l'argent accumulé, des actions en bourse, tout ça c'est le patrimoine des Français. Un capital de 12 000 milliards d'euros au total, l'équivalent de six fois la dette publique. Dans un ouvrage de 900 qui balaie trois siècles d'histoire et 20 pays, cet économiste de gauche a étudie pendant 15 ans. Sa découverte : le patrimoine a retrouve le niveau du XIXe siècle, six années de revenu national. Les grands patrimoines, détruits par les guerres, se sont reconstitués très vite. Une fois devenu très riche, Bernard Arault, comme Bettencourt, sont automatiquement de plus en plus riches.

Les patrimoines se reproduisent seuls, y compris quand la personne ne travaille pas. Dans les classements de Forbes, les patrimoines hérités progressent aussi vite que les entreprenariaux. On a le cas très clair de Liliane Bettencourt. Son patrimoine passe de 2 milliards d'euros a 25 milliards en 20 ans, exactement comme BiIl Gates depuis qu'il a pris sa retraite. Il y a une logique qui se met en route.

Depuis la dernière guerre, le patrimoine des Français a été multiplié par trois mais les inégalités restent criantes. Les 10% les plus riches possèdent 60% du patrimoine total. Les 50% les moins riches possèdent moins de 5% du patrimoine. Les mêmes chiffres à deux siècles d'intervalle. On devient riche en heritant plutôt qu'en travaillant. La rente rapporte plus que le mérite.

C'est beaucoup plus difficile avec votre salaire de rentrer dans le jeu de devenir propriétaire. Les patrimoines accumulés dans le passé ont plus d'importance. Pour les générations nées dans les années 7.

80, si vous avez uniquement votre salaire pour acquérir un patrimoine, vous avez intérêt à ce que ce soit un très bon salaire. Dans les années 5.

60, c'était plus possible d'accumuler du patrimoine à partir de votre travail.

Pour réduire ces inégalités, l'économiste propose un impôt mondial sur le patrimoine : 5 à 10% au-delà d'un milliard d'euros. Selon les économistes libéraux, cela découragerait de faire fortune y compris les entrepreneurs.

Trop d'impôts tue l'impôt, on tue BiIl Gates et les entrepreneurs. Les entrepreneurs se disent que cela ne vaut pas le coup de travailler si l'essentiel de ce qu'ils gagnent va être récupéré par l'Etat. C'est injuste car votre travail n'est pas reconnu par la société.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==