Cet article date de plus de neuf ans.

Diplômes et baisse de salaire

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

La crise touche aussi les jeunes diplômes des grandes écoles. Selon une étude, leurs salaires à l'entrée dans la vie professionelle ont baisse de 10 à 15% ces dernières années. Résultat : ils sont de plus en plus nombreux à s'expatrier.

Elie a été diplômé en 2011 de l'Ecole de management de Lyon. Il n'a pas cherche a travailler en France, mais a l'étranger, parce qu'il savait qu'il y gagnerait mieux sa vie. Depuis 2 ans, il est chef de projet d'un grand groupe. Sa rémunération est bien plus intéressante qu'en France.

Je pense gagner plus de 30% de ce que je pourrais gagner en France. Les salaires évoluent beaucoup plus rapidement qu'en France. Si on m'offrait un boulot à Paris, je ne le prendrais pas, carje n'ai pas l'impression que les perspectives soient favorables.

La Chambre de commerce de Londres enregistre chaque semaine 150 nouvelles demandes de diplômés français. Avant, elle traitait des diplômes avec 4 ans d'expérience en moyenne. Désormais, les jeunes sans expérience représentent 55% de la demande totale. Comme Lyvia, diplômée d'un master en finances de Paris-Dauphine. Elle a choisit de travailler dans le management et non dans la finance. Dans son secteur, les premiers contrats se négocient à 39.000 euros brut par an, contre 36.000 en France.

Mes amis gagnent beaucoup plus ici qu'à Paris, c'est clair. La promotion, si vous faites du bon boulot, vous pouvez la passer en 2 ans au lieu de 3 ans.

Autre avantage de l'Angleterre : la perception de l'employeur. Ses collègues ne sont pas tous qualifiés en management.

Il y a des gens qui ont fait musique, histoire, art. Et pourtant, on fait le même travail. Les employeurs sont moins sélectifs.

Actuellement, traite 1.500 demandes de jeunes qualifiés français : des ingénieurs, des commerciaux et des cadres marketing en majorité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.