Reportage "Ici, chacun vit un peu comme à la maison" : le camping participatif, une alternative pour des vacances moins chères

Pour ces vacances d'été, certains Français choisissent de séjourner dans des campings participatifs, comme celui de Pornichet, en Loire-Atlantique. Les vacanciers s'occupent des tâches ménagères eux-mêmes et réalisent jusqu'à 25 % d'économies.
Article rédigé par franceinfo - Louison Leroy
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Michel, retraité, est un habitué des campings participatifs. (LOUISON LEROY / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Avec son livre dans les mains et son chapeau vissé sur la tête, il est difficile de croire que Michel travaille depuis 8 heures du matin. "Je suis l'homme de jour, celui qui accueille les nouveaux arrivants" sur ce camping de Pornichet, en Loire-Atlantique, explique-t-il. Ce retraité est un habitué des campings participatifs du "Groupement des campeurs universitaires". Le principe est simple : il n'y a pas de salarié, chaque vacancier donne un coup de main bénévolement pour assurer la gestion du camping, et en retour, il paie moins cher qu'ailleurs. 

>> Economie : pourquoi les campings séduisent de plus en plus les investisseurs

Entre deux baignades, Michel participe donc aux tâches du camping en suivant un planning décidé chaque semaine en assemblée de camp : entretien, bricolage, jardinage, etc. "Le local le plus délicat, ce sont évidemment les toilettes. Ils ont été faits hier en début d'après-midi, et là, on va les refaire. C'est clean", décrit le vacancier.

Ce système est censé garantir des prix imbattables, surtout en haute saison, selon Emmanuelle, la trésorière-vacancière du jour. "On a des tarifs qui englobent l'électricité, la machine à laver, le paiement, etc. Tout n'est pas fractionné. Je pense qu'on est quand même au moins 20 à 25 % moins cher qu'ailleurs, largement"

En haute saison, seulement un tiers de ce camping participatif, basé à Pornichet en Loire-Atlantique, est occupé. (LOUISON LEROY / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Les prix sont bas mais ce n'est pas ce qui attire le plus Anna, une campeuse. "Ce qui me plait, c'est l'esprit de ce camping. On se rapproche de l'air naturel. On n'est pas dans une proposition très commerciale avec piscine, bar, animations. Ici, chacun vit un peu comme à la maison, à la campagne", note cette vacancière. Selon elle, cela ne convient pas à tout le monde, d'où la difficulté pour ce camping à se remplir. Même en haute saison, seulement un tiers des emplacements est occupé. 

Un camping participatif géré par des vacanciers - reportage de Louison Leroy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.