Incendie à Martigues : "On a l’impression d’être sur la Lune", témoignent les clients d'un camping ravagé par les flammes

Près de 1 500 hectares ont été détruits dans l'incendie qui a ravagé les alentours de Martigues dans la nuit de mardi à mercredi. Le feu est fixé, mais les dégâts sont considérables. Le camping des Tamaris a par exemple été entièrement détruit. 

Le camping des Tamaris à Martigues a été entièrement dévoré par les flammes. 
Le camping des Tamaris à Martigues a été entièrement dévoré par les flammes.  (MATHILDE VINCENEUX / FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le ballet des Canadair s'est enfin arrêté mercredi 5 août aux alentours de Martigues. Après avoir détruit près de 1 500 hectares, le feu a été fixé grâce à la mobilisation de près de 1 800 pompiers au plus fort de l'incendie. Sur place, 2 700 personnes ont dû être évacuées, notamment dans les campings de La Couronne. C'est le cas au camping des Tamaris, entièrement détruit par les flammes. 

Plus que des cendres et une odeur de brûlé

"On est habitués à un paysage paradisiaque et là on a l’impression d’être sur la Lune", observent avec tristesse Paul et Vincent devant le paysage désolant qui s'offre à leurs yeux. Dans le camping, il ne reste quasiment que des cendres, de la fumée et une odeur de brûlé. Les deux frères sont venus constater l'état de la caravane où ils venaient passer leurs étés depuis dix ans. "Il reste seulement une tôle avec quelques torchons qui pendent. Il n’y a plus de caravane, c’est tout plat, plus d'auvent, beaucoup de choses sont parties", se désolent-ils. 

Mardi, Paul et Vincent ont fuit avant l'arrivée du feu, ce qui n'est pas le cas de leurs amis qui ont dû être évacués par la mer en bateau.

Ils ont été pendant trois heures dans l’eau jusqu’à la poitrine avec les étincelles qui leur tombaient dessus.Paul et Vincentà franceinfo

"On est contents qu’il n’y ait aucun blessé parce que c’était vraiment difficile pour eux, ils sont encore en état de choc", relatent les deux frères.

Les vacanciers accueillis dans un gymnase 

Leur groupe d'amis reste pour le moment dans un gymnase ouvert dans l'urgence par la commune, là où ont également dormi Patricia et Marie-Yvonne : "On a dormi sur une chaise toute la nuit, donc on n’a pas dormi, c’est clair", expliquent les deux femmes. "On est venues récupérer nos voitures qu’on avait heureusement sorti du camping, on les a retrouvées intactes."

Comme beaucoup d'autres, leurs mobil-homes ont entièrement brûlé. Les deux vacancières n'attendent désormais qu'une chose : partir d'ici le plus vite possible. 

Un camping ravagé près de Martigues : écoutez le reportage de Mathilde Vinceneux
--'--
--'--