Automobile : la Méhari, une voiture culte, symbole de liberté

Publié Mis à jour
Automobile : la Méhari, une voiture culte, symbole de liberté
FRANCE 2
Article rédigé par
S.Brunn, M.Arribe, G.Beaufils, A.Lepinay, D.Fuet, C.Ricco, drone : R.Hayem - France 2
France Télévisions

France Télévisions revient, vendredi 12 août, sur l'histoire de la Méhari, emblématique des vacances d'été. Plus de 30 ans après l'arrêt de la production, le véhicule fascine toujours autant.

La Méhari est une voiture atypique, synonyme de soleil et d'évasion. Chez les Thelu, c'est une affaire de famille. Jean-Pierre, mécanicien, connaît bien des modèles de voitures. Mais pour lui, la Méhari a quelque chose en plus. "On peut emprunter des chemins de terre, des petites routes, choses qu'on ne peut pas faire avec un cabriolet classique", commente-t-il. Offrir un véhicule tout-terrain, c'était la promesse de cette petite Jeep, dont le nom signifie "dromadaire" en arabe.

Une carrosserie en plastique

En 1968, Citroën lançait la Méhari. Le design est alors novateur. Dans le musée de la marque, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), elle a en commun avec les 2CV une mécanique simple et résistante. Mais ce qui la rend unique, c'est sa carrosserie en plastique. À l'époque, ce matériau était un gage de modernité, tout comme sa ligne, qui détonne. Elle fait même son entrée sur le grand écran, devenant l'emblème des gendarmes de Saint-Tropez.

Si Citroën a arrêté la production en 1987, elle continue de se renouveler. Sur la Côte-d'Azur, une entreprise s'est ainsi spécialisée dans la reconstruction de Méhari. Comptez 35 000 euros pour un véhicule remis à neuf. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.