Respirer dans l'eau sera bientôt possible, selon des chercheurs danois

Une équipe scientifique a mis au point un matériau synthétique capable de capter l'oxygène présent dans l'eau.

Avec le matériau développé par des scientifiques danois, les plongeurs n\'auront plus besoin de bouteilles d\'oxygène.
Avec le matériau développé par des scientifiques danois, les plongeurs n'auront plus besoin de bouteilles d'oxygène. (AFP)

Connaissez-vous Aquaman ? Ce super-héros de DC Comics, roi d'Atlantis, peut respirer sous l'eau. Une qualité que bien des humains lui envient. A tel point que des chercheurs de l'université du Danemark du Sud sont parvenus à mettre au point un matériau de synthèse capable d'absorber, de stocker et de relâcher de très grandes quantités d'oxygène. 

A quoi servira ce matériau, alors que nous nous débrouillons très bien pour respirer avec à peine 21% d'oxygène contenu dans l'air autour de nous ? Il pourra avoir de multiples usages, comme permettre à des patients atteints de pathologies pulmonaires de ne plus emmener avec eux de lourdes bouteilles d'oxygène. Il pourra également débarrasser les plongeurs d'un équipement encombrant.

Une éponge à oxygène

"Ce matériau est à la fois un capteur et un réservoir d'oxygène. Nous pouvons l'utiliser pour absorber, stocker et transporter l'oxygène", détaille la professeure Christine McKenzie, membre de l'équipe qui a mis au point cette innovation, citée par le site ScienceDaily (en anglais) le 30 septembre.

Un seau de 10 litres de ce matériau est suffisant pour aspirer tout l'oxygène d'une pièce. Autre qualité : il peut absorber et relâcher plusieurs fois l'oxygène sans perdre sa capacité d'absorption et de résorption, à la façon d'une éponge.

Quelques grains suffiront pour un plongeur

Composant-clé de ce matériau miracle : le cobalt. "Le cobalt donne au matériau précisément la structure moléculaire et électronique qui le rend capable d'absorber l'oxygène alentour", explique Christine McKenzie.

Selon la qualité de l'atmosphère, sa température, sa pression, etc., les différentes versions de la substance pourront aspirer l'oxygène à des vitesses différentes, allant de quelques secondes à plusieurs jours.

Dans le futur, il suffira aux malades atteints de pathologies pulmonaires ou aux plongeurs d'emmener quelques grains de ce matériau pour absorber et concentrer l'oxygène environnant, qu'il soit dans l'air ou dans l'eau. De quoi ruiner les fabricants de bouteilles d'oxygène.