Cet article date de plus de huit ans.

La Nasa veut imprimer des pizzas pour ses astronautes

L'agence spatiale américaine finance des recherches destinées à adapter la technologie de l'impression 3D à la nourriture. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les pizzas imprimées par l'entreprise d'Anjan Contractor risquent d'être moins appétissantes que celle-ci. (CHAD SPRINGER / IMAGE SOURCE / AFP)

De la cuisine moléculaire poussée à l'extrême. Anjan Contractor, ingénieur et patron de l'entreprise américaine Systems & Materials Research Corporation, travaille à la conception d'une imprimante 3D capable de fabriquer de la nourriture. L'entrepreneur a reçu un chèque de 125 000 dollars (97 000 euros) de la Nasa pour financer son projet de "synthétiseur universel de nourriture", révèle le site Quartz (en anglais), mardi 21 mai.

La Nasa soutient son projet car il pourrait révolutionner l'alimentation des astronautes, qui passent parfois de longs séjours loin de la Terre en se nourrissant de produits lyophilisés. L'agence spatiale américaine a donc accordé une bourse à Anjan Contractor pour qu'il fabrique une imprimante à pizzas, aliment au format idéal pour ce type d'essai : une couche de pâte, cuite pendant l'impression, une sauce tomate à base de poudre de tomate, d'eau et d'huile, et enfin une couche de protéines non précisées, décrit le site d'information high-tech The Verge (en anglais).

Imaginer envoyer des pizzas imprimées dans l'espace peut prêter à rire, mais Anjan Contractor nourrit de plus grandes ambitions. Il espère, avec son invention, mettre un terme à la faim dans le monde. L'ingénieur affirme que si "l'idée de manger des plats imprimés n'est pas très appétissante, c'est parce que nous avons les moyens d'acheter de bons produits". Selon lui, "ce ne sera plus le cas quand nous serons 10 milliards sur Terre", rapporte Quartz.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Découverte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.