"Pokémon Go" : Najat Vallaud-Belkacem demande l'absence de Pokémon rares dans les établissements scolaires

La ministre de l'Education nationale craint des "risques d'attroupements", dans un contexte de risque terroriste.

La ministre de l\'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, en visite dans une école de Sadirac (Gironde), le 27 août 2016.
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, en visite dans une école de Sadirac (Gironde), le 27 août 2016. (UGO AMEZ / SIPA)

Pas question de perturber les élèves en cette rentrée des classes. Najat Vallaud-Belkacem a annoncé, lundi 29 août, avoir demandé à l'éditeur du jeu Pokémon Go, Niantic, de ne pas laisser vagabonder de "Pokémon rares" au sein des établissements scolaires. La ministre de l'Education nationale craint des "risques d'attroupements", dans un contexte de risque terroriste.

Des écoles devenues des Pokéstops

L'univers scolaire n'est pas absent du jeu en réalité augmentée, devenu le phénomène de cet été. Comme l'a constaté Europe 1, des établissements ont été transformés en Pokéstops ou en arènes, où les joueurs peuvent faire s'affronter leurs Pokémon : c'est le cas par exemple des collèges Maurice-Ravel et Gambetta, ou du lycée Janson-de-Sailly à Paris.

La présence de Pokémon dans certains lieux a déjà été contestée dans le passé : l'ossuaire de Douaumont a ainsi obtenu la suppression de l'arène située sur le monument, érigé en mémoire des centaines de milliers de soldats tombés durant la première guerre mondiale à Verdun. Pour faire face à de tels cas, Niantic a mis en place un formulaire (en anglais) où ceux qui le souhaitent peuvent signaler des "lieux inappropriés" à la pratique du jeu.