Crash d'avion en Ukraine : nombreuses zones d'ombre

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 18/07/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Pas de certitude ce soir sur l'origine du crash de l'appareil de la Malaysia Airlines mais Ié Président américain B. Obama a apporté ses précisions. Il s'agit, selon lui, d'un tir de missile lancé depuis le secteur qui est aux mains des insurgés prorusses. L'avion, qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur, a disparu des écrans radar a 10.000 mètres d'altitude, avant de s'écraser dans l'est de l'Ukraine. Revenons d'abord sur les faits.

De l'avion, tout ou presque a brûlé. Quelques pièces fument encore. Un bout de réacteur, le train d'atterrissage disloqué. On distingue la cabine et les hublots, pulvérisés. Eparpillés sur des kilomètres, les effets personnels des 298 passagers sont étonnament intacts. Des chaussures, une casquette, et cette montre dont les aiguilles continuent de tourner. Dans cette zone de guerre près de la frontière russe, les villageois décrivent tous la même scène. Une forte explosion, puis le chaos venu du ciel.

Un bruit infernal : j'ai levé la tête et vu des corps tomber du ciel. Comme s'ils sortaient des nuages! Le fuselage de l'avion Des corps et des débris tombaient sur les toits, dans le jardin.

Je suis sortie dans mon jardin, il était plein de morceaux d'avion. Des papiers partout : même un bout de carte de crédit américaine.

Plus de 24H apès le crash, la tâche des secouristes ukrainiens est immense. Il faut faire des battues dans les champs, sur une zone de plus de 15 km. A chaque piquet de bois correspond un reste humain à identifier. 182 corps ont été rassemblés jusqu'à présent. Les deux boîtes noires de l'appareil ont été retrouvées mais la priorité est de sécuriser la zone, toujours contrôlée par les séparatistes prorusses.

Il ne s'agit pas d'une catastrophe aérienne comme les autres puisque les enjeux sont ici également politiques et diplomatiques. S'il s'agit d'un missile, qui a décidé de déclencher ce tir.

Voici le type de missile longue portée, appelé aussi sol-air, à l'origine de la destruction du Boeing 777. L'hypothèse de l'accident aérien n'existe plus, l'avion a été abattu. C'est Barack Obama, en personne, qui le confirme ce soir.

Nous le savons maintenant et pouvons affirmer avec certitude qu'un missile sol-air a été tiré et il a abattu l'avion. Nous savons aussi qu'il a été tiré depuis une zone contrôlée.

Les services de sécurité ukrainiens accusent les forces prorusses. Ils s'appuient sur une preuve qu'il nous est impossible de vérifier. Une conversation entre prorusses interceptée 30 min après le crash.

L'avion qui a été abattu semble être un avion civil. Il y a de nombreux corps de femmes et d'enfants.

Le séparatiste poursuit.

Nous en avons entendu parler à la télévision. Sur les débris, il y a le logo de la Malaysia Airlines.

Cet échange, s'il venait à être authentifié, accréditerai la thèse d'une erreur des séparatistes prorusses qui auraient abattu le Boeing a la place d'un avion militaire ukrainien D'autant qu'à l'heure précise du crash, un responsable séparatiste publie cette information sur son blog. Le message est aussitôt retiré après la découverte des premiers débris de l'avion. Depuis des mois, l'est de l'Ukraine est en proie à de violents combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes. Cette semaine, deux autres avions ukrainiens ont été abattus par les forces prorusses, le 14 juillet et avant-hier. Précisément dans la région où Ié Boéing 777 s'est écrasé. Depuis ce matin, les autorités de Kiev diffusent ces images de camions transportant dans la région des missiles sol-air. Un armement soviétique des années 70 capable d'abattre un avion évoluant à plus de 10.000 mètres d'altitude. Ce système nécessite des compétence très poussées.

Pour toucher un avion à une telle altitude, il faut forcément que des personnes travaillent ensemble, de manière coordonnée. On est sur un système plus élaboré. Il faut intercepter cet avion, l'éclairer au radar, le suivre. Il faut choisir de viser sur cet avion.

Cet armement est-il impliqué dans le crash du Boeing 777 ? L'avion a t-il été visé délibérément ? Dans un autre enregistrement divulgué par les autorités ukrainiennes, évoquent clairement leur manque de savoir-faire.

On a l'armement, mais pas d'ingénieurs pour ajuster les tirs.

Des enquêteurs internationaux, comme ces Malaysiens, sont attendus en Ukraine dans les prochaines heures.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==